/opinion/columnists
Navigation

Michel Nadeau nous aura beaucoup donné

Michel Nadeau
Photo d'archives Tout au long de son parcours, la contribution fidèle de Michel Nadeau à l’avancement d’un Québec parti de très loin ferait l’envie de bien des politiciens.

Coup d'oeil sur cet article

Michel Nadeau, décédé cette semaine du cancer, me manquera beaucoup. Son expertise inégalée, son visage rassurant, son regard allumé et son esprit raffiné manqueront longtemps au Québec tout entier. 

Véritable pilier de la modernisation du Québec, Michel était avant tout un homme doux, tellement généreux de cœur et de son temps. Malgré ses fonctions prestigieuses et ses horaires archi remplis, jamais il ne refusait une demande amicalement discrète pour un conseil.  

Son fils Philippe a trouvé les mots justes pour le dire : « C’était un être exceptionnel. Il pensait toujours aux autres. Il ne pensait jamais à lui. Si je réussis à être la moitié de l’homme qu’il a été, je vais être très, très fier de moi. »

Michel Nadeau était d’une droiture inébranlable. D’une grande humilité et d’une franchise redoutable. Pédagogue irrésistible, son sourire un brin ironique en disait parfois plus long que bien des thèses savantes. 

Habité d’un amour profond pour le Québec, il voyait grand pour son développement économique, mais aussi pour son progrès social, qu’il souhaitait résolument humaniste. 

Les succès financiers sans le cœur tout grand ouvert pour les partager, ce n’était pas pour lui. 

Tout au long de son parcours, sur la scène publique comme dans les coulisses du pouvoir, sa contribution fidèle à l’avancement d’une société partie de très loin ferait l’envie de bien des politiciens. 

Il nous aura beaucoup donné

De journaliste renommé au Devoir à expert reconnu en finance et gouvernance, de la Caisse de dépôt et placement du Québec à l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques, Michel nous aura beaucoup donné. 

Le Québec inc., il le connaissait sous toutes ses coutures – des plus lumineuses aux plus sombres. Depuis l’annonce de sa mort, nombreux sont ceux qui, dont le premier ministre François Legault, saluent son legs exceptionnel au mieux-être de ce peuple qu’il aimait tant. 

Pierre Karl Péladeau l’a résumé à merveille : « Si Vidéotron et tant d’autres entreprises du Québec sont restées entre les mains de Québécois/es, le Québec le doit à Michel Nadeau, cheville ouvrière du financement et de l’inspiration d’entrepreneurs/es. Merci Michel pour ces réalisations aussi nombreuses que salutaires. »

À la fois inquiet et espérant

Sur un plan plus personnel, comme analyste politique, j’ai aussi eu le privilège et le plaisir de côtoyer Michel à l’émission de son grand ami Joël Le Bigot, Samedi et rien d’autre

Chacune de ses chroniques, truffées de conseils et d’observations étonnantes, ravissait les auditeurs et toute l’équipe.

En guise d’au revoir, je citerai Michel lui-même. Encore là, on y sent l’homme à la fois inquiet et espérant pour l’avenir. 

Ces mots, Michel les a rédigés en août 2020 pour le magnifique livre de son frère bien aimé, le grand photographe Jacques Nadeau, paru aux Éditions de l’Homme : COVID-19. 100 jours de grand confinement

« De quoi sera faite la prochaine pandémie ? Inutile de fouiller les entrailles et de jouer aux haruspices. Un sérieux réchauffement climatique pourrait être la prochaine pandémie. Aucun vaccin ne protège de la chaleur extrême. On ne pourra pas rester confinés à la maison très longtemps. Entourée de ses enfants, Greta Thunberg haussera les épaules : “Je vous l’avais bien dit.” L’argent ne sera d’aucune utilité à l’humanité, qui fera alors face à un test décisif pour sa survie. »