/sports/fighting
Navigation

Rivas champion!

Le protégé de GYM a écrit une page d’histoire en mettant la main sur une nouvelle ceinture

Oscar Rivas
Photo courtoisie, GYM Oscar Rivas est le premier détenteur de la ceinture des super-lourds-légers dans l’histoire du WBC après avoir battu Ryan Rozicki, vendredi, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Ce ne fut pas facile, mais Oscar Rivas est devenu champion du monde des super-lourds-légers, vendredi soir, à L’Olympia de Montréal. Du même coup, il a écrit une page d’histoire en devenant le premier monarque de cette nouvelle catégorie. 

Le représentant de GYM l’a emporté par décision unanime (116-111, 115-112, 115-112) contre Ryan Rozicki (13-1, 13 K.-O.), qui a vendu chèrement sa peau. On pourrait résumer ce combat en un mot : guerre. 

Les deux hommes ont tout laissé dans le ring. Comme prévu, Rozicki a donné du fil à retordre à Rivas (28-1, 19 K.-O) avec son excellente condition physique et sa détermination. 

Après une excellente fin de premier round, Rivas a semblé surpris par le Néo-Écossais qui a rebondi. Le Québécois d’origine colombienne a constaté qu’il pourrait avoir une plus longue soirée de travail. 

Encore une fois, pour une raison qu’on s’explique mal, le protégé de Marc Ramsay a semblé se mettre au niveau de son adversaire. En milieu de combat, Rivas est devenu plus passif. 

Par contre, il parvenait à être plus précis que son adversaire et il a pu remporter plusieurs rounds de cette façon. 

Osias est prêt

Au cours des derniers mois, le promoteur Yvon Michel voulait donner un combat de retour à Eleider Alvarez (25-2, 13 K.-O.). Il avait pensé à un affrontement contre Terry Osias (10-0, 4 K.-O.). 

Osias, qui l’a emporté par décision unanime contre le Mexicain Joaquin Murrieta (9-10, 7 K.-O.), grâce à trois cartes identiques des juges de 60-54, vendredi, était prêt pour ce choc. 

Toutefois, il ne n’est pas encore concrétisé. 

« J’ai un immense respect pour Eleider et on se connaît bien, a mentionné le boxeur de Longueuil après son affrontement chez les mi-lourds. Même si je suis prêt à l’affronter, je ne pense pas que cet affrontement va avoir lieu parce que je représente un risque pour lui. »

Par ailleurs, Alexis Barrière (4-0, 3 K.-O.) a trimé dur pour conserver sa fiche invaincue. Le poids lourd de Saint-Jean-sur-Richelieu a survécu à une chute au plancher dès le premier round pour l’emporter par décision unanime (trois cartes de 40-36) contre Rafael Sanchez Rojas (5-2, 3 K.-O.).

Dans le premier combat de la soirée, Kevin Menoche (5-0, 4 K.-O) a gagné par décision unanime (39-36, 38-37 et 38-37) contre l’Ontarien Thad Buntsma (2-3, 1 K.O.). 

Puis, Francis Charbonneau (4-1, 1 K.-O.) a signé un gain par décision unanime contre Alexandre Roberge (1-2). 

Après leur choc, les deux boxeurs ont annoncé qu’ils remettaient un don de plus de 6200 $ à la Fondation GYM. 

Dicaire connaît sa rivale

On connaît maintenant l’adversaire de Marie-Ève Dicaire (17-1) en prévision de son combat du 17 décembre au Centre Bell. 

La Québécoise affrontera la Mexicaine Cynthia Lozano (9-0, 7 K.-O.) pour le titre IBF des super-mi-moyennes. 

Dicaire pourra donc se battre pour la ceinture qui était autour de sa taille entre 2018 et 2021. 

Lozano n’a pas une longue feuille de route chez les professionnels. Elle est connue pour avoir gagné par knock-out contre Jeannette Zacarias Zapata en mai dernier. 

Les trois combats de championnat du monde pour cette soirée sont donc réglés. 

En plus du duel Dicaire-Lozano, Artur Beterbiev défendra ses couronnes WBC et IBF des mi-lourds contre l’Américain Marcus Browne. 

Puis, Kim Clavel tentera de devenir championne du monde alors qu’elle affrontera Yesenia Gomez pour la couronne WBC des poids mi-mouches. 

Les billets pour ce gala seront mis en vente ce matin, à compter de 10 h. 


Après le dernier duel de la sous-carte, le Groupe GYM a rendu hommage à Jeannette Zacarias Zapata qui est décédée après son combat contre Marie-Pier Houle, le 28 août.