/news/politics
Navigation

Élections municipales: Gosselin accuse Savard de se cacher dans le dossier du tramway

Le chef de Québec 21 s’en prend à son tour à Marie-Josée Savard

Quebec
Photo Stevens LeBlanc La candidate à la mairie Marie-Josée Savard est la cible des autres aspirants au poste : Bruno Marchand, de Québec Forte et Fière, Jean-François Gosselin, de Québec 21, Jackie Smith, de Transition Québec et Jean Rousseau de Démocratie Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Si la Ville de Québec refuse de dévoiler ses réponses expédiées jeudi au gouvernement Legault au sujet du tramway, c’est qu’il doit y avoir des éléments gênants pour la campagne électorale de Marie-Josée Savard, pense Jean-François Gosselin.

C’est du moins l’opinion exprimée dimanche matin par le chef de Québec 21, en marge d’un point de presse.

Jean-François Gosselin, de Québec 21
Photo d'archives
Jean-François Gosselin, de Québec 21

« Si les réponses étaient à son avantage, elle les rendrait publiques. C’est évident que les réponses ne font pas l’affaire de Mme Savard et qu’elle se cache derrière toutes sortes de raisons », a-t-il lancé. 

Selon M. Gosselin, « ça faisait son affaire hier [samedi] d’être la dauphine et la vice-présidente [du comité exécutif] pour aller prendre des photos avec M. [Alain] Juppé [lors d’une cérémonie en hommage au maire Labeaume], mais quand c’est le temps de faire preuve de transparence et de leadership, ça fait moins son affaire ».

S’abritant derrière des considérations juridiques, la Ville de Québec n’a toujours pas dévoilé les réponses envoyées au ministère de l’Environnement.

Ouverture chez Savard

Le gouvernement posait des questions à la Municipalité au sujet de l’insertion du tramway sur le boulevard René-Lévesque et sur les divers scénarios étudiés pour protéger un maximum d’arbres le long de l’artère. 

Interrogée dimanche soir par Le Journal, la cheffe d’Équipe Savard, qui n’avait pas de sortie médiatique en fin de semaine, nous a fait parvenir cette déclaration : « On n’a aucun problème à la diffusion des informations, mais la Ville souhaite avoir une confirmation écrite du ministère de l’Environnement pour s’assurer que la diffusion n’aura pas d’impacts sur le processus en cours. Il y a présentement des discussions à cet effet entre la direction de la Ville et le Ministère », a-t-elle écrit. 

Grenades dégoupillées

Dimanche, les trois autres principaux candidats à la mairie de Québec ont tout de même simultanément dégoupillé leurs grenades en direction de la favorite des sondages.

Jackie Smith, de Transition Québec
Photo Taïeb Moalla
Jackie Smith, de Transition Québec

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec, a carrément dit vouloir « lancer une campagne pour faire pression sur Marie-Josée Savard afin qu’elle dévoile le nombre d’arbres qui seront abattus dans son projet de tramway ». D’après elle, Mme Savard « a le pouvoir de rendre publics ces documents ».

Jean Rousseau de Démocratie Québec
Photo Jérémy Bernier
Jean Rousseau de Démocratie Québec

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, s’est exclamé ainsi : « Sacrebleu, qu’elle les rende publiques ! Ça fait partie du débat à l’heure actuelle. Les citoyens doivent savoir combien il restera d’arbres sur le tracé du tramway... Elle [Mme Savard] fuit la controverse parce qu’elle est au centre de la controverse, mais on va la rattraper ». 

Leadership et transparence

Bruno Marchand, de Québec Forte et Fière
Photo Agence QMI, Marc Vallières
Bruno Marchand, de Québec Forte et Fière

De son côté, Bruno Marchand, chef de Québec Forte et Fière, a réitéré que son adversaire, Savard, manquait de leadership et de transparence. 

« C’est étonnant qu’on soit là pour la photo hier [samedi] puis qu’on ne soit pas là pour répondre à des questions, a-t-il raillé. Il y a quelque chose là qui ne m’inspire pas confiance. »

– Avec la collaboration de Jérémy Bernier 

Engagements à Sainte-Foy de Québec21 

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, a pris, dimanche, divers engagements pour l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge. D’abord, le chef du parti a rappelé que son projet de métro souterrain permettrait — contrairement au tramway — de sauvegarder les milieux humides du secteur Chaudière ainsi que plusieurs boisés le long du tracé du tramway.

Le parti veut également que les anciens terrains de l’usine Anacolor accueillent un nouveau centre communautaire pour Cap-Rouge, incluant une piscine extérieure.

Dans Saint-Louis–Sillery, le candidat Claude Duplessis — dont les positions jugées climatosceptiques ont défrayé la chronique il y a trois semaines — a promis de protéger le patrimoine historique du secteur ainsi « qu’un développement à une échelle humaine et respectueuse ».

De plus, Québec 21 dit vouloir élargir le programme de stabilisation et de protection des falaises pour y inclure tout le secteur de Sillery.  

QFF insiste sur la sécurité routière 

Lors de l’exercice incontournable du porte-à-porte, les candidats de Québec Forte et Fière (QFF) jurent que l’enjeu de la sécurité routière revient très régulièrement dans les discussions avec les citoyens. Le chef du parti, Bruno Marchand, a donc annoncé dimanche « 16 mesures concrètes » en la matière. Il s’est notamment engagé à ramener la vitesse à 30 km/h dans les endroits où la limite a été augmentée à 40 km/h.

Il a également promis d’interdire le virage à droite en zone scolaire dans les heures scolaires, de faire appliquer les règles dans les rues résidentielles de façon « stricte », de déneiger prioritairement autour des écoles, des parcs, des résidences pour aînés et des centres de loisirs et de devancer le nettoyage des pistes cyclables à la mi-mars plutôt qu’au début mai.  

Rousseau veut sauver la serre de l’ancien zoo  

Démocratie Québec demande au gouvernement provincial de sauver la serre indo-australienne de l’ancien Jardin zoologique et souhaite en faire un projet d’envergure. 

« La rumeur veut que la serre soit détruite au cours de l’automne. C’est complètement inacceptable ! » peste le chef du parti municipal, Jean Rousseau. 

Ce dernier propose d’en faire un « projet grandiose », en faisant de la serre un parc éducatif et en créant des sentiers pédestres — accompagnés d’une plantation d’arbres — qui seraient intégrés au parc des Moulins. 

Pour rentabiliser le projet, Démocratie Québec implanterait une coopérative d’habitation dans un espace inutilisé et non boisé de l’ancien Jardin zoologique. 

À voir aussi