/sports/football/rougeetor
Navigation

Les Carabins trop forts pour le Rouge et Or

Avec cette victoire, Montréal s’assure du premier rang porté par le bras de Jonathan Sénécal

Le Rouge et Or n’a jamais été en mesure de contenir le quart-arrière Jonathan Sénécal qui a montré tout son talent pour les Carabins.
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Le Rouge et Or n’a jamais été en mesure de contenir le quart-arrière Jonathan Sénécal qui a montré tout son talent pour les Carabins.

Coup d'oeil sur cet article

La défensive lavalloise a tout tenté pour stopper le quart Jonathan Sénécal, mais le talent du pivot montréalais a changé la donne. Les Carabins de l’Université de Montréal ont mérité leur premier championnat de saison régulière du RSEQ depuis 2016, avec une victoire facile de 35 à 14 sur le Rouge et Or, au CEPSUM.

« On n’a pas eu le début de match qu’on voulait, mais je suis fier de mes gars. Ils ont montré beaucoup de résilience. Je suis content de la façon que les gars ont répondu à l’appel et je sais que Laval va être prêt pour la prochaine fois qu’on va se voir sur le terrain », témoigne le pilote victorieux, Marco Iadeluca.

Jonathan Sénécal, à propos duquel son entraîneur a mentionné qu’il n’avait pas encore atteint la moitié de son potentiel, était tout souriant après la rencontre.

« C’est mon meilleur match depuis le début de la saison. On avait un excellent plan de match. Je suis vraiment content de la façon que ça s’est déroulé. Je pense qu’on s’est tiré dans le pied au début, mais on a vu ce que ça pouvait faire quand on a ouvert la machine par la suite », mentionne la grande vedette de la rencontre avec 350 verges aériennes et trois passes de touché.

Un bon départ

Le Rouge et Or a pourtant connu un bon début de match en s’appuyant sur sa défensive. Les unités spéciales ont réussi à bloquer une tentative de botté de dégagement de Montréal au milieu du premier quart. Sur le jeu suivant, le receveur Kevin Mital a fait payer cher cette bourde à l’équipe hôtesse en marquant avec un balayage rapide sur une course de 22 verges pour le majeur. Laval prenait les devants 7 à 0. 

Le vent tourne

Les Carabins ont finalement ouvert la machine au milieu du deuxième quart, porté par la foule de 5100 personnes. Ils ont traversé le terrain méthodiquement sur une longue séquence offensive de 71 verges qui s’est terminée par le touché d’Hassane Dosso, sur une passe de 19 verges.  

Le Rouge et Or a échappé le ballon sur le botté d’envoi suivant et Montréal a fait payer cher cette bourde aux visiteurs. Sénécal a repéré Jarryd Taylor sur 20 verges pour le majeur. Les Carabins prenaient les devants 14 à 7 et ne regarderont plus jamais derrière eux par la suite. 

Défensive coriace

Avec le vent dans les voiles, la défensive montréalaise n’a jamais laissé l’attaque du Rouge et Or prendre son rythme. Les statistiques sont éloquentes : six sacs du quart et quatre revirements pour les hommes de Denis Touchette. 

Jonathan Sénécal a pu continuer son travail de destruction de l’autre côté du ballon, en étirant le jeu à sa guise et en repérant ses cibles préférées. Une domination complète des Bleus qui n’est vraiment pas coutume dans cette rivalité. Montréal a terminé la rencontre avec 463 verges offensives, contre seulement 195 pour le Rouge et Or.