/misc
Navigation

La culture plutôt que la religion

GEN-Conf�rence d� presse concernant la refonte du programme �thique et culture religieuse
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Pierre Curzi a rappelé hier lors du dévoilement du nouveau programme que notre langue, notre culture, notre histoire constituent l’identité de la nation québécoise.

Coup d'oeil sur cet article

Culture et citoyenneté québécoise, c’est le nouveau programme qui remplacera bientôt l’ancien cours Éthique et culture religieuse (ECR), longtemps décrié à cause de son facteur religieux qui stigmatise et divise. Beaucoup d’encre a coulé et beaucoup de paroles se sont déversées sur le cours Éthique et culture religieuse depuis son introduction en 2008 dans nos écoles primaires et secondaires du Québec.

Hier, lors de la présentation du nouveau programme, je fus rassuré d’apprendre que le nouveau cours s’articulerait sur trois axes : la culture (au sens large), la citoyenneté québécoise et la pensée critique.

À la place de la religion, la culture occupera une place prépondérante dans le nouveau paradigme d’éducation à la citoyenneté de nos jeunes, du primaire au secondaire. J’y vois quelque chose comme une nécessaire « résistance culturelle »...

Parce que tout part des enfants et de la culture... La culture est l’alpha et l’oméga de la citoyenneté. Elle est la matrice dans laquelle nos jeunes se connaîtront, se reconnaîtront et se structureront collectivement dans la cohésion. Et la perspective d’une connotation québécoise de l’exposition à leur propre culture les mettra davantage en phase avec leur identité collective, qu’ils assumeront alors avec fierté pour le salut du Québec.

La culture au sens large

Elle est ce qui nous aide à penser par nous-mêmes. Elle est ce qui nous permet de comprendre le monde pour pouvoir contribuer à sa transformation.

Elle est la dimension essentielle de notre sentiment d’appartenance à notre nation. La fibre première de ce que nous constituons comme peuple.

Elle influence nos pensées, nos paroles, nos actions et notre quotidien, tout en permettant notre épanouissement individuel et collectif.

Nous conjuguons cette réalité dans le dessein d’affirmer et d’encourager l’expression de notre originalité en Amérique. Cette volonté de notre affirmation, celle de notre modernité et de notre rayonnement national et international, constitue, pour nous, membres du seul État francophone et laïc d’Amérique, à la fois un défi culturel majeur et un choix collectif prioritaire. 

Pour la suite du Québec 

Le Québec ne pourra donc durablement s’inscrire dans l’histoire et dans le cœur des vivants, d’une génération à l’autre, que par sa culture. Aussi l’un de nos devoirs fondamentaux réside-t-il dans le respect de cette évidence...

Ce nouveau programme articulé par le prisme de la culture nous permettra par ailleurs de compter sur une relève qui nous évitera la destruction de l’identité québécoise et la liquidation de notre souveraineté culturelle. Une destruction qui toucherait de plein fouet notre culture humaniste et progressiste. Elle qui nous vient de la résistance à la standardisation et à l’uniformisation.  

Ce qui vaut la peine d’être fait vaut la peine d’être bien fait. C’est ce qu’on attend de ce nouveau programme qui nécessitera des ressources dans son ensemble... Beaucoup de ressources.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.