/sports/ski
Navigation

Maxence Parrot ira à Pékin

Le planchiste prendra part à ses troisièmes olympiades

SPO-WIT-SNB-POLARTEC-BIG-AIR-AT-FENWAY---DAY-1
Photo d'archives, AFP Le Québécois Maxence Parrot a l’esprit tranquille puisqu’il est assuré de participer aux Jeux olympiques de Pékin. En 2014, il avait obtenu son baptême olympique à Sotchi.

Coup d'oeil sur cet article

Maxence Parrot pourra se consacrer entièrement à sa préparation olympique sans se soucier de sa sélection. À moins de 100 jours des Jeux de Pékin, le planchiste a été confirmé, lundi, au sein de l’équipe nationale.

• À lire aussi: Survivant, Maxence Parrot veut inspirer les gens

Parrot prendra part à ses troisièmes Jeux après ceux de Pyeongchang en 2018 et de Sotchi en 2014. Il y a quatre ans, il avait aussi été présélectionné tout comme Mark McMorris. Cette fois-ci, il est le seul planchiste canadien à avoir mérité ce privilège en raison de ses résultats la saison dernière.

Ses victoires en Coupe du monde lors de l’événement test en Chine et à Kreiscberg en Autriche ainsi que sa médaille d’argent au mondial à Aspen lui ont permis de terminer au premier rang du classement FIS en Big Air. Pour confirmer sa place, il doit terminer dans le top 30 du classement FIS cette année, une simple formalité.

« Ça enlève de la pression de savoir quelques mois à l’avance que tu vas participer aux Jeux, a-t-il reconnu. Ça va permettre de me concentrer sur mon entraînement à la maison et de choisir les compétitions auxquelles je vais prendre part. En 2014 à Sotchi, j’avais appris deux semaines avant que j’allais aux Jeux. Ce n’était pas super le fun. »

Le Canada possède quatre entrées en Big Air et en slopestyle. Les trois autres hommes seront connus le 18 janvier. 

« Selon moi, les athlètes obtiendraient de meilleurs résultats s’ils étaient sélectionnés plus tôt, a-t-il affirmé. Ça met une pression inutile. Une sélection hâtive est bénéfique. »

Retour aux X Games

En raison de sa sélection hâtive, Parrot a fait l’impasse sur la Coupe du monde de Coire en Suisse en fin de semaine dernière. 

« Je pourrais ne participer à aucune compétition, mais je vais en faire quelques-unes pour retrouver le rythme et vivre la pression et le stress, a-t-il expliqué. Je vais faire quatre compétitions. Il s’agira de quatre simulations à vivre le stress et la pression. Ce fut une décision commune avec mon préparateur mental [Jean-François Ménard]. »

Le médaillé d’argent en slopestyle à Pyeongchang fera sa rentrée à l’occasion d’une étape du Dew Tour du 16 au 19 décembre à Copper Mountain au Colorado et il renouera avec les X Games du 21 au 23 janvier à Aspen, événement qu’il avait raté l’an dernier en raison d’un test positif à la COVID-19.

« La première compétition en début de saison va me permettre de voir mes adversaires et d’apporter des correctifs si jamais j’ai des problèmes, a-t-il souligné. C’est le fun de retrouver les X Games qui est ma compétition favorite. Ça va me faire deux épreuves de Big Air et deux de slopestyle avant les Jeux olympiques. C’est une super bonne façon de me préparer. Je ne voulais pas arriver brûlé aux Jeux. »

Pour le moment, Parrot s’entraîne en salle à Bromont et sur le Air bag à Sainte-Anne-des-Monts.

« Dans deux semaines, je vais participer à un camp de l’équipe nationale au Yukon. C’est la seule place au Canada où il y a de la neige en novembre. Des camps au Colorado et à Whistler sont aussi au programme. »

À voir aussi