/sports/hockey/canadiens
Navigation

«Il ne reviendra pas»: Jonathan Drouin annonce la retraite de Shea Weber

Selon Jonathan Drouin, Shea Weber a déjà fait une croix sur un retour au jeu

Coup d'oeil sur cet article

SEATTLE | Ceux qui souhaitaient encore voir Shea Weber revêtir de nouveau l’uniforme du Canadien peuvent apparemment arrêter de rêver.

• À lire aussi: Une première visite du Canadien à Seattle 

• À lire aussi: Ducharme heureux de revoir Weber

Après la sortie de Marc Bergevin, la semaine dernière, qui avait qualifié de « minces » les chances que le capitaine de son équipe revienne au jeu l’an prochain, ce fut au tour de Jonathan Drouin d’appliquer un solide coup de massue sur les espoirs des partisans du Tricolore. 

  • Écoutez les actualités de Mario Dumont et Vincent Dessureault sur QUB radio:    

« Il est passé à autre chose dans sa vie », a d’abord indiqué l’attaquant du Canadien, mardi midi, en répondant à une simple question sur les sujets de discussion qui avaient été abordés entre le Britanno-Colombien et ses (ex ?) coéquipiers pendant le match de football auquel ils ont assisté lundi soir.

Lorsqu’un collègue lui a demandé de préciser sa pensée, Drouin a ajouté : « Dans le fond, il a pris sa retraite. Tout le monde le sait. Il ne reviendra pas pour nous. Il est passé à autre chose. Le hockey, c’est fini. »

Évidemment, le Canadien, par l’entremise de Paul Wilson, vice-président principal, affaires publiques et communications, s’est empressé de diluer l’impact des déclarations du numéro 92 en soutenant que rien n’était encore officiel, que Weber n’avait toujours pas signé le formulaire de retraite et que son nom apparaissait toujours sur la liste des blessés à long terme.

Photo AFP

Beaucoup d’argent

Et avec raison. Incluant la saison actuelle, il en reste cinq au contrat du défenseur de 36 ans, dont l’échéance est prévue au terme de la campagne 2025-2026. 

Il touchera 6 millions $ cette année, 3 millions $ la suivante et 1 million $ pour chacune des trois dernières. Qui serait assez bête pour cracher sur 12 millions $ ? Surtout considérant que ce qui empêche Weber de jouer, ce sont littéralement des « accidents de travail ».

Photo AFP

Recruteur professionnel

Néanmoins, il appert, selon Drouin, que son après-carrière est déjà amorcée.

« Il fait autre chose maintenant. Il est dans le scouting, il est avec Marc [Bergevin] », a-t-il laissé tomber.

Voilà sans doute le fameux plan dont le directeur général faisait mention en parlant de l’avenir de Weber, la semaine dernière.

La sortie de Drouin vient expliquer quelques trucs observés au cours des derniers mois. Comme l’absence de Weber lors de la présentation des joueurs du match inaugural à Montréal.

Elle apporte également un éclairage supplémentaire à la déclaration de Dominique Ducharme, au terme du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley. On se rappellera que le Canadien avait évité l’élimination en l’emportant en prolongation après avoir réussi à écouler une punition de quatre minutes imposées à Weber en toute fin de troisième période.

« Il n’était pas question qu’on perde ce match sur une punition à notre capitaine », avait lancé l’entraîneur-chef. 

Photo d’archives, Martin Chevalier

Drouin compatit

D’ailleurs, Drouin, qui a dû s’éloigner de la compétition pendant quelques mois, a eu une bonne pensée pour Weber, mardi midi, alors qu’il s’adressait aux membres des médias dans une minuscule salle d’entrevue.

« C’est sûr que c’est dur pour lui [de regarder ses coéquipiers à l’entraînement]. Il a connu une belle carrière. Pour moi, c’est un des meilleurs défenseurs à avoir joué dans la LNH. D’arrêter sec comme ça, après avoir atteint la finale de la Coupe Stanley, c’est certain que c’est dur pour n’importe quel individu. Si demain je ne jouais plus au hockey, je serais pas mal déçu. »

À VOIR AUSSI