/news/transports
Navigation

Pas de sortie pour les automobiles dans Saint-Roch: des quartiers soulagés, mais les inquiétudes persistent sur le 3e lien

Si la modification au projet se confirme, les seules possibilités pour les automobilistes seraient de rejoindre l'autoroute Dufferin-Montmorency ou de sortir à la hauteur Soumande.
Photo courtoisie Si la modification au projet se confirme, les seules possibilités pour les automobilistes seraient de rejoindre l'autoroute Dufferin-Montmorency ou de sortir à la hauteur Soumande.

Coup d'oeil sur cet article

Le changement de cap du gouvernement sur la sortie des voitures dans Saint-Roch calme les esprits en Basse-Ville de Québec et retire une «épine du pied» pour le maire de Lévis, mais les préoccupations demeurent.

• À lire aussi: 3e lien en Basse-Ville: Québec recule et révise son tracé

S’ils se disent satisfaits de la décision, des gens du centre-ville de Québec montrent cependant toujours de grandes réserves face au 3e lien.

«C’est un soulagement pour le quartier Saint-Roch. Nous n’avions pas à subir une autre sortie d’autoroute en plus de Dufferin-Montmorency et de l’autoroute Laurentienne. C’est un impact majeur de moins», lance Frédérique Lavoie, présidente du conseil de quartier de Saint-Roch.

  • Écoutez l'entrevue de Régis Labeaume avec Benoit Dutrizac sur QUB radio: 

«Cependant, nous sommes inquiets pour nos quartiers voisins, notamment Lairet. Le 3e lien, s’il débouche au Centre Vidéotron, le problème est déplacé ailleurs», tempère Mme Lavoie.

«Ça reste un projet d’augmentation de la capacité routière, qui augmente encore notre dépendance à l’auto solo dans un contexte où on doit réduire nos émissions de gaz à effet de serre, poursuit Mme Lavoie. Même si nous sommes soulagés de voir qu’il ne sort plus dans notre quartier, globalement, ce projet ne cadre pas dans une vision de développement durable.»

Enfin de l’écoute

Raymond Poirier, président du conseil de quartier du Vieux-Limoilou, abondait dans le même sens.

«Ce n’est pas une mauvaise nouvelle en soi. Le gouvernement évolue sur sa proposition et semble entendre une partie des préoccupations émises», constate-t-il.

Mais la question de l’impact environnemental anticipé par le projet demeure entière selon lui.

«Dans Limoilou, nous continuons à être préoccupés par la sortie prévue du côté d’Expo-Cité et le possible usage intensifié de Dufferin-Montmorency. La problématique de la qualité de l’air sera amplifiée. Il y a ici des enjeux sur la présence de particules fines dans l’air dont la qualité n’est pas au niveau de ce qu’elle devrait être comparativement au reste de la ville. Donc, plutôt que de travailler à atténuer le problème, on risque de l’aggraver ou d’assurer sa pérennité.»

«On comprend mal comment le 3e lien comme il est proposé actuellement pourrait bonifier notre qualité de vie, au contraire. Ça demeure inacceptable», opine-t-il.

La Rive-Sud aux anges

Gilles Lehouillier n’a pas caché son bonheur à la suite de la volte-face du gouvernement.

«La sortie pour les automobiles dans Saint-Roch était une épine dans le pied. On avait déjà un fort consensus parmi la population, qui à mon avis sera renforcé. C’est une bonne décision du gouvernement», estime le maire de Lévis.

«J’ai toujours dit que le but premier du tunnel pour les automobiles était de relier de grands axes routiers entre eux, poursuit-il. Un véhicule sur quatre sur le pont Pierre-Laporte est un poids lourd qui souvent n’a pas d’affaire à Québec et doit se taper le centre-ville.»

Par contre, il veut le maintien de la station pour le transport en commun dans Saint-Roch.

«Il faut tabler sur les trois sorties à Québec; la colline parlementaire, Jean-Paul-L’allier (Saint-Roch) et Expo-Cité. La révolution du tunnel c’est de permettre de relier les deux centres-ville en 10 minutes. En faisant le tour par les ponts, j’en suis encore à 55 ou 60 minutes pour amener des gens par autobus sur la colline parlementaire», opine le maire.

La Vice-présidente exécutive et Directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, Marie-Josée Morency, a tenu un discours similaire.

«On voit que le gouvernement a toujours la volonté que le projet se réalise et qu’il a été à l’écoute des citoyens du centre-ville de Québec, c’est très positif. Pour ce qui est du transport en commun, il faut une sortie dans Saint-Roch», mentionne-t-elle.

Déplacement du problème

Des membres de la Coalition nationale Non au 3e lien ont également réagi par communiqué.

Sarah V. Doyon, directrice générale de Trajectoire Québec, y voit «un signe qu’on peut faire reculer le gouvernement quand on le met face à ses contradictions (...) Cependant, nous ne devons pas baisser les bras puisque le projet, dans l’ensemble, demeure profondément mauvais et injustifié. »

Charles Bonhomme, spécialiste, communications et affaires publiques à la Fondation David Suzuki estime que «ce n’est toujours pas, loin de là, un projet de transport collectif. Au contraire, ça demeure une augmentation de la capacité autoroutière dont le Québec n’a pas besoin.»

Selon Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, «en abandonnant la sortie autoroutière dans Saint-Roch, le gouvernement ne fait que déplacer le problème occasionné par l’afflux supplémentaire d'automobiles qui circuleraient via cette infrastructure.»

Pour Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre, le projet de 3e lien continuerait d’encourager l’étalement urbain, particulièrement du côté sud. «Il débouchera directement sur des terres agricoles, ce qui est tout à fait contraire à ce que le gouvernement dit vouloir faire en matière d’aménagement du territoire, de mobilité durable et de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en plus de menacer la biodiversité des écosystèmes.»

Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, interpelle quant à lui Ottawa. «Le gouvernement fédéral ne doit pas se laisser endormir par l’annonce d’aujourd’hui: le projet est toujours aussi fondamentalement néfaste pour l’environnement.»

À voir aussi   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.