/sports/hockey/remparts
Navigation

Retrait du chandail de Guy Lafleur: Patrick Roy tient à honorer le «Démon blond»

Quebec
Photo d’archives Patrick Roy prononcera un discours lors de la cérémonie du retrait du chandail numéro 4 de Guy Lafleur à travers la LHJMQ, jeudi soir, au Centre Vidéotron.

Coup d'oeil sur cet article

Patrick Roy n’a côtoyé Guy Lafleur que quelques semaines lors de la saison 1984-1985, mais ça n’a pas empêché le « Démon blond » d’avoir un impact important sur lui. C’est pourquoi l’entraîneur-chef des Remparts a tenu à prendre la parole, jeudi soir, lors de la cérémonie qui officialisera le retrait du numéro 4 de Lafleur aux quatre coins de la LHJMQ.

• À lire aussi: Guy Lafleur exprime sa solidarité à Mike Bossy

Lorsqu’il a su que le président des Diables rouges, Jacques Tanguay, était dans l’impossibilité d’être présent, Roy a tout de suite levé la main.

« Je pense que ça me revient et je suis content de pouvoir le faire, a-t-il mentionné. Tous les gens vont être unanimes à dire que Guy a été un ambassadeur extraordinaire. C’est un joueur qui a marqué tous les jeunes de mon âge. Quand on regardait le Canadien le samedi soir, c’était un personnage qui nous faisait vibrer. Cet hommage qu’on lui rend est pleinement mérité. »

DÉBUT ET RETRAITE

Le début de la carrière de Roy dans la LNH avec le Canadien a coïncidé avec la fin de celle de Lafleur. Au début de la saison 1984-1985, Roy avait débuté avec le grand club, demeurant dans l’entourage de l’équipe pour les 10 premiers matchs avant d’être renvoyé dans les rangs junior.

Pendant ce temps, Lafleur débutait ce qui serait sa dernière saison à Montréal. En novembre, après seulement 19 parties, il annonçait sa retraite.

« Je m’amusais souvent à dire que c’est à cause de moi qu’il a pris sa retraite ! Il ne pouvait plus lancer sur moi durant les entraînements donc il avait perdu sa motivation. Il a dit, Pat n’est plus là, je m’en vais », a blagué Roy.

Ce dernier sait d’ailleurs pertinemment que les joueurs qu’il dirige avec les Remparts n’étaient même pas encore à l’étape de projet pour leurs parents quand Lafleur terrorisait les gardiens adverses.

« Avec les médias sociaux et YouTube, c’est plus facile pour eux de voir ce qu’il a fait et de voir que c’était un joueur d’impact », ajoute-t-il.

DÉVOILEMENT MERCREDI

Avant de voir son chandail être retiré par la LHJMQ, Guy Lafleur participera mercredi au dévoilement de l’œuvre d’art à son effigie à la place Jean-Béliveau. La Ville de Québec dévoilera également celle rendant hommage à l’ancienne gloire des Nordiques, Réal Cloutier.

Jeudi soir, la LHJMQ honorera Lafleur en retirant officiellement son chandail dans toute la ligue, tout juste avant le match entre les Remparts et les Cataractes de Shawinigan.

Pour l’occasion, plusieurs anciens coéquipiers de Lafleur avec les Remparts seront sur place.

Quant à Lafleur lui-même, tout indique que le « Démon blond » sera en mesure de participer aux deux événements malgré sa condition physique.

Pier-Olivier Roy commence à se reconnaître  

<b>Pier-Olivier Roy</b><br /><i>Attaquant des Remparts</i>
Photo Stevens Leblanc
Pier-Olivier Roy
Attaquant des Remparts

En arrivant à Québec, l’attaquant Pier-Olivier Roy avait été clair sur ses intentions de racheter une saison décevante, l’an dernier. Jusqu’à maintenant, les choses se déroulent bien pour le natif de Lac-Etchemin, mais c’est encore loin d’être parfait, note le principal intéressé.

Après avoir débuté la saison au sein du troisième trio, Roy avait été promu à la droite du deuxième trio en compagnie de Nathan Gaucher et de James Malatesta après la première fin de semaine d’activités. Il a depuis récolté quatre points en sept parties, dont un but.

« Je pense que j’ai relativement bien fait. J’ai commencé l’année avec un rôle un peu plus défensif, mais j’ai prouvé à Patrick que je pouvais avoir ma place sur un trio offensif. Nathan et James sont deux très bons joueurs et je suis content qu’il m’ait placé là. »

Toutefois, il aimerait en faire plus. Avec honnêteté, il reconnaît que la saison dernière, lors de laquelle il n’a marqué qu’un seul but en 31 matchs, a laissé des traces.

« Je suis un joueur qui passe un peu trop la rondelle. L’an dernier, le fait de n’avoir marqué qu’un seul but m’a enlevé la confiance que j’avais de lancer au but et de savoir que je peux être une menace. Tranquillement, ça revient, mais il y a du travail à faire. »

De jouer avec Gaucher et Malatesta n’aide pas nécessairement à chasser cette habitude, avoue-t-il.

« Je sais qu’ils vont la mettre dedans si je leur fais une bonne passe donc c’est encore plus tentant. Ils me le disent aussi que je peux lancer plus. »

BONNE ATTITUDE

Après avoir fait son acquisition en retour de Cole Cormier, Patrick Roy aime ce qu’il voit de l’attaquant de 19 ans.

« Pour moi, ce n’est pas important qu’il ait besoin de se racheter. L’important, c’est la façon dont il se comporte et j’adore son attitude. C’est un gars qui arrive prêt à chaque jour autant aux pratiques qu’aux matchs. Il pose des questions, c’est un gars engagé qui amène une belle énergie à ce trio. [...] On avait besoin d’un gars avec un style un peu différent et de l’expérience sur ce trio et P-O cadre parfaitement avec eux pour le moment. »

Les Remparts reprendront l’action mercredie soir, alors que le Titan d’Acadie-Bathurst sera de passage au Centre Vidéotron.

À VOIR AUSSI