/entertainment/music
Navigation

Quand la musique favorise l’inclusion

Des jeunes atteints du spectre de l’autisme participent à un projet avec l’OSM

GEN-Photos dՎl�ves de lՎcole St-�tienne et des musiciens de l�OSM � Montr�al
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Pierre Beaudry, tromboniste basse à l’OSM, participe au projet OSMose en résidence.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis 2019, les élèves de l’école primaire Saint-Étienne reçoivent régulièrement la visite d’un musicien de l’Orchestre symphonique de Montréal. Le projet pilote, baptisé OSMose en résidence, mise sur le pouvoir de la musique pour favoriser le « vivre-ensemble » et l’inclusion des élèves touchés par le trouble du spectre de l’autisme. 

Dans le local de musique de Nathalie Leroux, cinq petits élèves prennent place sur des chaises placées devant Pierre Beaudry, tromboniste basse à l’OSM. Deux portent des écouteurs-coquilles permettant de réduire les sons ambiants, et tous sont fébriles et souriants. Lorsque le musicien joue du trombone, leur concentration s’accentue et leurs regards s’allument. S’ils vivent, à différents niveaux, avec le trouble du spectre de l’autisme (TSA), ils ne sont à ce moment que des enfants hypnotisés et réconfortés par la musique. 

« Je crois beaucoup au pouvoir de la musique pour tous les enfants et encore plus pour les enfants à besoins particuliers, explique Nathalie Leroux, la musicothérapeute à l’origine du projet OSMose. Je travaille en musicothérapie avec les enfants TSA depuis 29 ans et je vois à quel point la musique les rejoint. » 

C’est dans le but de favoriser l’inclusion qu’elle a spontanément contacté l’OSM. Car si l’organisation proposait plusieurs projets jeunesse, aucun n’avait encore été imaginé pour les jeunes spectateurs aux besoins spéciaux. 

Nathalie Leroux
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Nathalie Leroux

Faire une différence

Ainsi est né OSMose, un projet d’ateliers musicaux destinés aux élèves des classes dites TSA et régulières, s’étendant sur trois ans, qui se conclura par un grand concert pour tous présenté à la Maison symphonique en avril 2022. 

« On découvre un monde intérieur en jouant d’un instrument et en se laissant porter par la musique », lance le tromboniste Pierre Beaudry. Avec plus de 40 ans de carrière à l’OSM et près d’une centaine de visites dans des écoles à son actif, le musicien professionnel sait s’y prendre pour partager son amour de la musique avec les jeunes. 

« Je joue déjà beaucoup de musique chez moi, du piano, et je compose aussi, explique Thibaud Hinnebusch, 11 ans, rencontré après l’atelier offert dans sa classe ‘‘régulière’’. Quand j’écoute de la musique, ça m’amène dans une histoire, j’imagine ce qui arrive et ça me captive. J’aime qu’on puisse faire ce qu’on veut avec la musique. »

Même son de cloche chez son compagnon de classe du même âge, Albert McMahon. « J’aime découvrir de nouveaux instruments pendant les ateliers, ça m’intéresse de savoir leur origine. »

Les sourires, les chants et les applaudissements des cinq élèves de la classe « spéciale » expriment les mêmes sentiments. Si leurs ateliers musicaux ont été adaptés à leurs besoins, le plaisir d’y participer reste le même. Et puis, chaque atelier les rapproche du grand concert de l’an prochain ; un moment attendu qui leur permettra enfin de faire une sortie exempte de stress en famille. 

« Si tout cela peut amener une ouverture, une sensibilisation et une meilleure connaissance, les gens vont moins mettre ces enfants à l’écart, souhaite Nathalie Leroux. Il s’agit d’essayer de rendre cela beau, d’échanger ensemble, de vivre ensemble et de comprendre la différence. »

Le grand concert du projet OSMose sera présenté à la Maison symphonique en avril 2022. Il sera aussi ouvert à divers groupes scolaires et sera présenté en format « performance relaxée ».