/opinion/columnists
Navigation

Quelle énormité

Quelle énormité
Photo d'Archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une chance que Michel Jean était là, dimanche sur le plateau de Tout le monde en parle. 

Qui, sinon, aurait remis les pendules à l’heure suite aux énormités prononcées par Jean Chrétien sur les pensionnats autochtones ? 

M. Chrétien a juré qu’il ne savait rien de ce qui se passait dans ces établissements, lui qui a été ministre pendant plus de 6 ans aux Affaires indiennes, de 1968 à 1974.

Les archives de la Chambre des communes prouvent pourtant le contraire. 

Puis il s’est fendu de cette atroce comparaison avec sa propre expérience dans les pensionnats pour jeunes Québécois de l’époque.

« Les pensionnats, c’était connu. J’ai été pensionnaire, moi, de l’âge de 6 ans jusqu’à l’âge de 21 ans. Alors, j’en ai mangé des fèves au lard, puis du gruau. Et c’est sûr que c’est difficile, la vie de pensionnaire, extrêmement difficile. »

La pire phrase de l’entrevue est sans contredit celle-ci : « Je n’ai jamais eu un problème, je devais être pas joli petit garçon, j’imagine. »

Même s’il provient d’une autre époque, M. Chrétien n’a-t-il aucune notion des sévices physiques et sexuels qui avaient cours dans les pensionnats autochtones, après toutes les enquêtes, les rapports, les milliers de pages de témoignages de victimes et de familles de victimes ?

  • Écoutez l'entrevue d'Alexandre Boulerice au micro de Richard Martineau sur QUB Radio:

Controverse

On peine à comprendre comment l’ex-premier ministre peut comparer un génocide culturel à des fèves aux lards et du gruau.

Et comment, aussi, ses commentaires ont pu passer comme dans du beurre sur le plateau de l’émission de variétés, jusqu’à l’arrivée du journaliste et auteur innu Michel Jean.

« Il y a quelqu’un dans ma famille qui est allé au pensionnat de Fort George qui a été agressé sexuellement tous les jours pendant huit ans par une religieuse. »

« Ça s’appelle un pensionnat, mais ce n’était pas une école ».

À peu près tout le monde semble être au courant sauf M. Chrétien, qui n’était malheureusement plus sur le plateau pour recevoir sa correction. 

Le Canada anglais a toujours eu un immense respect pour celui qui a combattu le nationalisme québécois durant toute sa vie et nous a évité la guerre en Irak.

Mais sa dernière bourde ne passe pas. Ses propos à Tout le monde en parle ont fait le tour du pays. 

Jean Chrétien n’a jamais fait dans la dentelle, pour le meilleur et pour le pire.