/sports/ski
Navigation

Survivant, Maxence Parrot veut inspirer les gens

Coup d'oeil sur cet article

Frappé par un cancer il y a trois ans, le planchiste québécois Maxence Parrot ne cesse d’impressionner depuis qu’il est en rémission. S’il enchaîne les bons résultats, il a également été décoré de la médaille de l’Assemblée nationale, en plus de recevoir un billet provisoire pour les Jeux olympiques de Pékin. 

• À lire aussi: Maxence Parrot ira à Pékin

Le 21 décembre 2018, le Bromontois obtenait le résultat d’une biopsie subie pour faire la lumière sur une bosse apparue dans son cou. 

Il s’agissait d’un lymphome de Hodgkin de stade IIA. Il avait ensuite raté une saison complète pour vaincre la maladie. Sept mois plus tard, il était en rémission.

Le 31 août, il remportait l’or à l’épreuve du Big Air des X Games, à Oslo, sa première compétition depuis la fin de ses traitements. Il n’est donc pas surprenant que la médaille de l’Assemblée nationale, qui lui a été remise la semaine dernière pour «l'exemple de détermination, de courage et de résilience» qu’il représente, ait une valeur particulière à ses yeux.

«C’est vraiment génial, a-t-il lancé mardi, lors de son passage à l’émission Québec Matin sur les ondes de la chaîne LCN. Dans ma carrière, je dois avoir eu à peu près une cinquantaine de médailles pour la performance. 

«À l’Assemblée nationale, on m’a donné la médaille non seulement pour la performance, mais surtout pour la personne que je suis et mon parcours inspirant. C’est super cool

Vivre grâce à sa passion

Avant son cancer, Parrot était déjà au sommet de sa discipline. Plusieurs fois champion des X Games, il comptait à son palmarès quelques sauts réussis, manœuvres que personne n’avait jamais tentées auparavant.

Puis la maladie s’est installée, au moment où il était au sommet de son art. Mais plutôt que de se laisser abattre, il s’est battu. Avec une seule idée en tête: retrouver les pentes.

«Je suis resté positif, a-t-il expliqué. C’est la seule façon de passer à travers une telle épreuve. C’était ma motivation pour combattre: retrouver ma passion, qui était la planche à neige.»

Et maintenant, il se prépare pour les Jeux de Pékin. Ayant obtenu le premier rang du classement FIS en Big Air au cours de la dernière saison, il n’aura qu’à obtenir un top-30 du classement pour officialiser sa place dans la délégation canadienne.

«Je “m’enligne” pour mes troisièmes Jeux. Le fait de le savoir plusieurs mois à l’avance, ça me permet de me préparer encore mieux, de choisir des compétitions clés pour me préparer.»

«C’est certain que d’aller aux Jeux, mon but, ce sera d’inspirer un grand nombre de personnes aussi.»