/news/provincial
Navigation

Boulevard René-Lévesque: trois scénarios sur la table pour l’insertion du tramway

Quelque 1584 arbres seraient abattus sur les 19,3 km du tracé de tramway

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Des arbres seront coupés sur le boulevard René-Lévesque pour permettre l’insertion du tramway, mais on ne sait pas encore combien.

Coup d'oeil sur cet article

Une rue partagée, un sens unique ou deux voies de circulation automobile ? Il s’agit là des trois scénarios dévoilés, mercredi, par le bureau de projet pour l’insertion du tramway sur le boulevard René-Lévesque dans le secteur Montcalm.

• À lire aussi: Les coûts explosent déjà: 600 millions $ de plus pour se payer un tramway

• À lire aussi: Tramway: le sort de René-Lévesque n’est pas décidé, assure Savard

• À lire aussi: La Ville de Québec appuie sur l’accélérateur: 14 premiers avis d'expropriation pour le tramway

La protection des arbres et les enjeux de circulation sont au cœur de la réflexion.

Daniel Genest, directeur du bureau de projet, a exposé, mercredi après-midi, les avantages et les inconvénients de chacune des trois « variantes », dont les coûts seraient comparables.

Il a insisté pour dire que son but est de trouver l’équilibre entre plusieurs éléments, comme la protection des arbres, la circulation automobile et le patrimoine bâti.

Il a ajouté que ce sera de toute façon à la future administration municipale, issue du scrutin du 7 novembre, de trancher, a-t-il réitéré. 

M. Genest a donc détaillé trois scénarios pour l’insertion du tramway. « Dans la rédaction contractuelle du mois d’avril, c’est clair qu’il y avait plus d’efforts qui avaient été mis dans la variante 1 [la rue partagée]. Mais on donnait la porte de sortie de considérer la variante 2 ou 3 », a-t-il fait savoir. 

1584 arbres abattus

Le bureau de projet a par ailleurs effectué une mise à jour quant à l’enjeu fort sensible des arbres.

Tout au long du parcours de 19,3 km du tramway, on calcule maintenant que 1584 seront abattus, soit une centaine de moins que les 1701 dont il était question jusqu’à maintenant.

Pour la seule portion du boulevard René-Lévesque, située entre Myrand et Turnbull, quelque 208 arbres seraient condamnés.

À ce chiffre, il faudrait toutefois ajouter un autre (27, 34 ou 74) selon la variante d’insertion qui sera choisie.

En contrepartie, le bureau de projet jure qu’il y aura plus ou moins 3500 arbres qui seront plantés pour compenser ces pertes.

Rappelant que le tramway doit être livré en 2028, M. Genest a par ailleurs affirmé qu’il serait « impossible » de respecter cet échéancier si jamais un autre mode de transport arrivait soudainement sur la table.

Selon lui, le délai minimal de réalisation serait de 10 à 11 ans, soit 2031 ou 2032. 

La mise en place d’un nouveau bureau de projet, la reprise du processus environnemental et la rédaction de nouveaux appels de proposition nécessiteraient « quatre à cinq ans ». Les travaux prendraient ensuite six bonnes années, pense-t-il.

Le métro léger

Sur les cinq principaux candidats à la mairie de Québec, quatre sont favorables au tramway, tandis que Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, est le seul à militer pour un métro léger tout en assurant qu’il serait livré dans les mêmes délais que le tramway. 

VARIANTE 1   

  • Des voies partagées, où la place de l’automobile serait minimale, sur le boulevard René-Lévesque, entre Turnbull et des Érables.     
  • Ce scénario est celui qui permet de couper le moins d’arbres dans ce coin (27 en tout).     
  • Les acquisitions de terrains y seraient moindres.     
  • Le niveau de bruit ambiant serait diminué.     
  • Par contre, on anticipe qu’une bonne partie des flux de circulation seraient transférés, notamment sur Grande Allée.            

VARIANTE 2   

  • Une seule voie de circulation automobile, en direction est, serait gardée sur cette portion du boulevard René-Lévesque.     
  • Davantage d’arbres seraient coupés (34), mais l’impact sur le transfert de circulation serait relativement moindre que dans la première hypothèse.          

VARIANTE 3  

  • Une seule voie de circulation automobile serait gardée dans chacune des directions.     
  • Ce scénario engendrerait davantage d’acquisitions et conduirait à abattre beaucoup plus d’arbres, soit 74 des 189 arbres qui se trouvent sur le boulevard René-Lévesque, entre des Érables et Turnbull.          

CE QU'ILS ONT DIT  

« Pour nous, ça va être le scénario 4. Pas de tramway [...] M. Genest a donné son opinion [quant aux échéanciers pour un autre mode de transport]. S’il a étudié une autre option que le tramway, je veux voir l’étude. »

– Jean-François Gosselin, chef de Québec 21 

« Le travail se poursuit, notamment pour arriver à la meilleure insertion du tramway et protéger un maximum d’arbres le long du tracé. »

– Marie-Josée Savard, cheffe d’Équipe Savard, via Twitter 

« J’ai un préjugé favorable pour le scénario 1, donc la voie partagée, de façon à réduire la coupe d’arbres et de réduire l’impact sur les bâtiments et les citoyens. Mais il faut consulter les citoyens. »

– Bruno Marchand, chef de Québec Forte et Fière

« J’ai un préjugé favorable sur la réduction de la circulation automobile. Venir au centre-ville, ça va être le tramway. Ça va être le mode privilégié. »

– Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec

« La première variante, qui sauve le plus d’arbres, est la plus intéressante pour nous. Il faut absolument sortir de la dépendance de l’automobile. »

– Jackie Smith, cheffe de Transition Québec