/news/education
Navigation

Trois autres jours de grèves en CPE: un véritable casse-tête pour les parents

Trois autres jours de grèves en CPE: un véritable casse-tête pour les parents
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

La semaine prochaine s’annonce comme un véritable casse-tête pour les parents dont les enfants fréquentent un Centre de la petite enfance (CPE) affilié à la CSN, alors que les éducatrices seront en grève pendant trois jours.

• À lire aussi: Les intervenantes en petite enfance font une contre-offre

• À lire aussi: Québec bonifie à nouveau le salaire des éducatrices en CPE

• À lire aussi: 37 000 places «au plus sacrant»

Au total, c’est 11 000 travailleurs en CPE, syndiqués à la CSN, qui seront en grève les 2, 3 et 4 novembre prochains. Dans la grande région de Québec, près d’une quarantaine de CPE sont touchés. 

Selon la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux, affiliée à la CSN, Lucie Longchamps, le principal point en litige concerne le salaire des éducatrices. Les travailleuses ont toujours un manque à gagner de 6%, comparativement aux techniciennes en service de garde en milieu scolaire, qui «font le même travail», soutient-elle. 

Selon le syndicat, un «fossé considérable» les sépare toujours du gouvernement, même après la bonification des offres, faites la semaine dernière par la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel. 

De plus, la demande du gouvernement d’effectuer des semaines de 40 heures, «ne fonctionne pas» pour les éducatrices, affirme Mme Longchamps. «Les éducatrices font environ 9h par jour, dont entre 35 et 36 heures par semaine. Les parents arrivent tôt et reviennent souvent en fin de journée chercher leurs enfants. Une cinquième journée serait du temps supplémentaire puisqu’elles auraient des semaines de 42 heures ou plus», explique-t-elle. 

Mme Longchamps déplore également que les éducatrices spécialisées et les agentes-conseils ont été «oubliées» lors des dernières offres du gouvernement. «C’est inconcevable», déplore-t-elle. 

Afin de continuer de «mettre de la pression» sur le gouvernement, les syndiqués prévoient plusieurs manifestations un peu partout à travers la province au cours de la semaine prochaine. 

Les travailleurs en CPE se sont dotés d’un mandat de grève de 10 jours au début de l’automne. Ainsi, quatre autres journées de grève pourraient être déclenchées ultérieurement. 

La prochaine rencontre entre les deux parties est prévue jeudi. 

La semaine dernière, Québec a annoncé qu’il entendait hausser la rémunération des éducatrices jusqu’à 20,22% pour celles qui acceptent de travailler jusqu’à 40 heures par semaine. 

À voir aussi...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.