/news/provincial
Navigation

Projet de métro léger: Gosselin sera transparent à certaines conditions

Il pose devant une montagne de documents sans permettre leur consultation

Jean-François Gosselin a mis au défi lundi ses adversaires d’apporter des précisions sur leur vision du tramway, de dévoiler leur déclaration de revenus et de publier leur liste de donateurs avant mercredi.
Photo Dominique Lelièvre Jean-François Gosselin a mis au défi lundi ses adversaires d’apporter des précisions sur leur vision du tramway, de dévoiler leur déclaration de revenus et de publier leur liste de donateurs avant mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Gosselin a subi les railleries de ses adversaires après avoir exhibé, lundi, des dizaines de documents sur lesquels il affirme que son projet de métro léger est basé, mais sans autoriser leur consultation.

• À lire aussi: Les chefs des partis partent à la chasse aux appuis

• À lire aussi: Jacques Tanguay appuie Marie-Josée Savard

Le chef de Québec 21 a mis ses opposants au défi de déposer les «plans détaillés» de leur vision du tramway d’ici mercredi.

Il a expliqué que c’est seulement si Marie-Josée Savard et Bruno Marchand répondent favorablement à son ultimatum qu’il va rendre publiques les études à propos de son métro léger de 13,5 km.

M. Gosselin avait étalé sur une table de nombreux cartables, rapports et mémoires, dont plusieurs semblent émaner du bureau de projet du tramway, du RTC ou du ministère des Transports, et sont ainsi déjà publics.

Jean-François Gosselin a mis au défi lundi ses adversaires d’apporter des précisions sur leur vision du tramway, de dévoiler leur déclaration de revenus et de publier leur liste de donateurs avant mercredi.
Photo Dominique Lelièvre

Il a interdit aux représentants de la presse d’en prendre connaissance, disant vouloir attendre les réponses de ses adversaires.

Équité

«C’est une question d’être transparent, mais c’est une question d’être équitable aussi. Pourquoi il y aurait juste moi qui aurais le fardeau de la preuve ?», a justifié le candidat à la mairie.

«Moi, je pense que d’ici mercredi, tout le monde met les cartes sur table et on consulte les documents. Je suis confiant que mes adversaires vont faire de même.»

De nombreux documents ont été rendus publics dans le cadre de l’élaboration et de l’étude environnementale du projet de tramway. M. Gosselin ne cache pas s’en être servi, notamment en ce qui a trait à la composition des sols et à l’achalandage.

Pour alimenter sa réflexion, il soutient avoir consulté plusieurs travaux, en plus de solliciter des spécialistes des métros légers à l’étranger. «On a fait nos devoirs.»

Toutefois, des experts ont émis des doutes sur sa capacité à livrer son réseau structurant à l’intérieur de l’enveloppe budgétaire et des échéanciers du tramway, comme il le promet.

Concrètement, Jean-François Gosselin réclame à Bruno Marchand, chef de Québec Forte et Fière (QFF), de préciser les impacts et les coûts des modifications qu’il veut apporter au tramway.

Il soutient que sa proposition d’abaisser la dalle de béton à certaines intersections aura pour effet de ralentir le tramway et que sa volonté de diminuer la présence des câbles est techniquement irréaliste avec le climat hivernal.

Du côté de Mme Savard, «elle doit aussi dévoiler le détail de son tracé, surtout pour la portion qui se rend jusqu’à D’Estimauville, les impacts que ça va avoir. Les gens ont le droit de savoir, surtout ceux qui vont être expropriés», réclame-t-il.

«Diversion»

La démonstration du chef de l’opposition sortant n’a pas semblé convaincre les autres candidats à la mairie.

«C’est quelqu’un qui essaye de cacher quelque chose», a réagi Bruno Marchand.

QFF a reconnu ne pas pouvoir chiffrer ses propositions à ce moment-ci. La formation politique dit vouloir s’asseoir avec le bureau de projet et les consortiums pour en minimiser les impacts financiers.

«[M. Gosselin] essaye de faire diversion. Il voulait un fond d’écran avec une pile de documents. Quelque part, il y a peut-être des livres à colorier de ses cinq enfants en arrière», s’est pour sa part moquée la cheffe d’Équipe Marie-Josée Savard.

Autres demandes

D’autre part, Jean-François Gosselin a demandé à ses vis-à-vis de dévoiler leur déclaration de revenus et de publier leur liste de donateurs avant la même échéance. Il s’engage à les imiter ensuite.

Il a dit être «sceptique» par rapport aux contributions que QFF dit avoir amassées depuis le début de l’année, qui totalisent plus de 130 000 $. De son côté, Québec 21 a récolté 42 000 $.

«La question que je me pose, c’est qui est derrière Bruno Marchand? Qui le finance?», questionne-t-il.

«Nous sommes totalement conformes aux règles établies par le Directeur général des élections du Québec. Tout est en ordre. Ce sont les citoyens qui font des dons d’une valeur maximale de 200$», a affirmé Bruno Marchand dans une déclaration transmise au Journal.

«On comprend que ça peut paraître surprenant pour lui [M. Gosselin] qu’autant de gens embarquent avec nous, puisque ce n’est jamais arrivé dans son parti», a-t-il ajouté.

Un autre appui

Dans un autre ordre d’idées, l’équipe de Jean-François Gosselin a dévoilé que Pierre Tremblay, président-directeur général du Groupe JD, ajoute sa voix à d’autres gens d’affaires qui l’ont soutenu dans les derniers jours.

«Avec son expérience et ses 4 années dans l’opposition, il connaît ses dossiers et est en mesure de gérer la ville dès le jour 1 avec son équipe», a déclaré M. Tremblay dans un communiqué de Québec 21.

Ce qu'ils ont dit  

  • «Si j’avais à vendre un projet, je me dépêcherais à déposer les chiffres et les documents qui démontrent que mon projet est sérieux.» — Marie-Josée Savard, cheffe d’Équipe Savard  
  • «M. Gosselin aspire à devenir maire, mais une fois de plus, il nous montre qu'il a des comportements dignes d'un enfant de 7 ans.» — Jackie Smith, cheffe de Transition Québec  
  • «On a fait nos devoirs. On a travaillé énormément fort depuis trois ans. On est une petite équipe [...] mais on a travaillé comme une grande équipe pour présenter un projet, une alternative aux citoyens de la Ville de Québec.» — Jean-François Gosselin, chef de Québec 21   
  • «Cette approche de M. Gosselin manque de sérieux. Le fardeau de la preuve lui appartient», — Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec.  

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla 

À VOIR AUSSI          

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.