/news/provincial
Navigation

Marchand veut réactiver le Bureau international

Le candidat à la mairie de Québec, Bruno Marchand
Photo Stevens LeBlanc Le candidat à la mairie de Québec, Bruno Marchand

Coup d'oeil sur cet article

L’administration Labeaume semble avoir fonctionné sans vision claire pour les missions à l’étranger du maire, constate Bruno Marchand, qui veut réactiver le bureau international aboli en 2015.

• À lire aussi: Marchand veut aider les PME avec le recrutement international

• À lire aussi: Gosselin sera transparent à certaines conditions

Le maire Labeaume a été très présent à l’international pendant ses 14 années à la mairie, mais selon Bruno Marchand, le fil conducteur des missions n’était pas évident.

« Le plan, on ne le connaît pas et on ne l’a pas vu. [...] Si on pose la question, ça veut dire qu’on savait pas où on s’en allait », a affirmé le candidat à la mairie Bruno Marchand, en point de presse sur les terrains de l’aéroport Jean-Lesage, mardi.

Il propose pour sa part de réactiver le Bureau des relations internationales aboli en 2015 et de placer à sa tête « un commissaire dont la connaissance du terrain et des enjeux n’est plus à faire ».

De plus, les intentions seront clairement détaillées, et les retombées des missions seront rendues publiques. 

Il compte axer ses actions sur le développement du potentiel culturel et économique, dont l’attraction de sièges sociaux et l’accompagnement des entreprises pour exporter leur expertise.

Les liens avec l’Aéroport

Il veut aussi resserrer les liens avec l’aéroport. Il a d’ailleurs déjà rencontré le PDG, Stéphane Poirier.

Les relations entre la Ville et l’administration aéroportuaire n’ont pas toujours été au beau fixe. Mais dans le nouveau contexte de la reprise économique, M. Marchand promet d’être un « collaborateur » avec l’aéroport. 

De son côté, la candidate et membre de l’administration sortante Marie-Josée Savard affirme que la collaboration est bonne avec l’aéroport. 

Quant au Bureau des relations internationales, elle croit qu’« il ne faut pas revenir en arrière sur une façon de faire qu’on travaillait en 2015. Au contraire. Il faut continuer à avancer. »

Elle estime que la perte n’a pas été grande. « La Ville a continué de rayonner depuis 2015. On ne peut pas dire que la Ville s’est refermée sur elle-même, bien au contraire. »  

— Avec Dominique Lelièvre

À VOIR AUSSI   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.