/news/provincial
Navigation

Marie-Josée Savard accusée de «se cacher» en cette fin de campagne

La candidate à la mairie de Québec Marie-Josée Savard
Photo Stevens LeBlanc La candidate à la mairie de Québec Marie-Josée Savard

Coup d'oeil sur cet article

À quelques jours du vote, des adversaires de Marie-Josée Savard lui reprochent d’être absente de la dernière ligne droite de la campagne électorale.

• À lire aussi: Mairie de Québec: Gosselin dévoile des appuis, mais ne répond à aucune question  

• À lire aussi: Marchand veut réactiver le Bureau des relations internationales de la Ville

Bruno Marchand, Jean Rousseau et Jackie Smith ont tous souligné la discrétion de la candidate dauphine de Régis Labeaume au cours des derniers jours.  

Le chef de Québec Forte et Fière (QFF) affirme que la cadence de son parti ne ralentit pas, contrairement à celle de son adversaire Savard. Il compte rencontrer la presse pratiquement tous les jours d'ici le scrutin de dimanche. D'autres annonces sont aussi à prévoir.  

De son côté, Mme Savard «n'a pas fait d'annonce depuis jeudi», souligne Bruno Marchand.  

«Imaginez-vous dans une course où à 1 km de l’arrivée, on arrête de courir. Ça parle de l’état d’esprit, de comment on se sent. Moi, je pense que, par respect pour les citoyens de Québec, on va proposer des choses jusqu’à samedi.» 

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec, a accusé Marie-Josée Savard de se cacher en cette fin de campagne. «Je ne suis pas surprise que Mme Savard se cache des citoyens et qu’elle ne veuille pas mettre de l’avant ses idées et ses projets», a-t-elle laissé tomber.   

Opacité

D’après elle, «ça va encore avec l’administration extrêmement opaque des 14 dernières années. Elle ne veut pas être à l’avant-scène parce qu’elle veut garder des secrets.»   

Jean Rousseau remarque aussi que Mme Savard a réduit le tempo. «Écoutez, c’est son problème. Libre à elle de rester chez elle si c’est ce qu’elle désire. Moi, au contraire, je pense que les citoyens veulent en entendre davantage. Nous, on n’abandonne pas. Ce ne sont pas des sondages qui nous font changer d’idée. Nos opinions, elles tiennent, notre place à l’hôtel de ville, elle est importante.» 

Il affirme qu’au contraire de son adversaire, il préfère rencontrer les gens. «J’ai ma façon de faire. Je ne suis peut-être pas le plus flamboyant, mais je suis efficace et je suis capable de parler au monde. Je ne me cache pas et je fais la campagne, je ne reste pas chez moi dans la dernière semaine. C’est ça ma façon de faire.» 

Savard réplique

Marie-Josée Savard réfute ces allégations. «On a fait 240 engagements, 25 comités, plus de 20 points de presse et on continue à faire des scrums comme aujourd’hui.» 

Elle réitère son intention d’aller à la rencontre des citoyens en porte-à-porte. «On est loin de ralentir, bien au contraire.» Elle a affirmé que ses engagements sont sur sa plateforme.  

Mercredi, elle a convoqué les médias pour parler de son cadre financier. 

Bruno Marchand a aussi décoché une flèche à Jean-François Gosselin, l’accusant de «lancer à tort et à travers des affirmations», notamment sur le nombre de donateurs à QFF. «Il ne comprend pas comment on peut rassembler près de 900 donateurs alors que lui, pendant cinq ans, il a amassé le même montant que nous en six mois. Il n’est pas en train de proposer des idées pour Québec.» 

Même s’il a fait hier une sortie publique, M. Gosselin refusé de répondre aux questions des journalistes sur tout autre sujet que son annonce du jour. 

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla et de Dominique Lelièvre

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.