/news/coronavirus
Navigation

Des experts s’interrogent sur la levée du port du masque au secondaire

Coup d'oeil sur cet article

Des experts remettent en question l’empressement de Québec à retirer le port du masque en classe au secondaire, alors que la vaccination des élèves du primaire est à portée de main.

• À lire aussi: Québec permet la reprise de la danse et du karaoké, le télétravail n'est plus exigé

• À lire aussi: Levée du port du masque en classe au secondaire et fin du registre dans les bars et restaurants

«Je ne comprends pas qu’à quelques semaines de Noël, on décide de faire tomber certaines restrictions. On fait courir un risque aux frères et sœurs de ces adolescents qui ne sont pas vaccinés», lance Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. 

Québec a confirmé mardi le retrait du masque en classe pour les élèves des écoles secondaires situées dans une dizaine de régions où il a été obligatoire lors de la rentrée, dans la grande majorité des cas.  

 Écoutez l'analyste en politiques publiques Patrick Déry avec Benoit Dutrizac sur QUB radio: 

Cet assouplissement entrera en vigueur à partir du 15 novembre. 

Mme Borgès Da Silva s’inquiète des impacts de cette décision alors que l’immunité du vaccin commence à diminuer après six mois, en particulier chez les 60 ans et plus.

Il n’existe par ailleurs aucune donnée probante sur les risques de COVID-19 longue chez les jeunes, ajoute-t-elle. «On ne sait pas qui ça touche, quels sont les facteurs de risque, parce qu’on n’a pas assez de recul. Enlever le masque, c’est faire courir des risques inutiles à nos jeunes», affirme-t-elle. 

Olivier Drouin, pédiatre au CHU Sainte-Justine, émet aussi certaines réserves. «Je ne suis pas contre, mais je ne voyais pas vraiment l’urgence de mettre en place cet assouplissement à ce moment-ci», dit-il. 

Il aurait été «un peu plus prudent» de maintenir le port du masque, le temps de mettre en branle la vaccination des 5 à 11 ans et de mesurer l’impact de la période des Fêtes sur la situation épidémiologique, avance-t-il. 

Le masque reste très efficace contre la transmission de la COVID-19, alors que les préjudices qu’il pourrait causer aux jeunes n’ont pas été démontrés, a-t-il ajouté.

Québec espère pouvoir injecter une première dose de vaccin aux élèves du primaire d’ici Noël, alors que le feu vert de Santé Canada est attendu dans les prochaines semaines. 

Une «bonne nouvelle» pour le réseau scolaire

Dans le réseau scolaire, on s’est plutôt réjoui hier de cette «très bonne nouvelle», selon Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement. 

Selon des chiffres récemment transmis par le ministère de l’Éducation, 80% des cas dans le réseau scolaire se retrouvent dans les écoles primaires, avance-t-il. 

À la Confédération des syndicats nationaux, qui représente des enseignants du réseau privé, on y voit une «preuve éloquente» que la vaccination fonctionne, affirme sa présidente, Caroline Senneville. 

Des enseignants se réjouissent quant à eux de pouvoir bientôt renouer avec les sourires de leurs élèves pendant les cours. «Les profs vont pouvoir sentir davantage ce qui se passe en classe», affirme Dominique Loubier, président du Syndicat de l’enseignement de la Chaudière. 

Les autorités de santé publique régionales auront néanmoins la situation à l’œil, alors que le taux d’incidence de la COVID-19 est plus élevé dans certains secteurs de Chaudière-Appalaches, notamment en Beauce. 

La couverture vaccinale des 12 à 17 ans y est néanmoins «très bonne», indique la directrice régionale de santé publique, la Dre Liliana Romero, qui se réjouit de cet assouplissement qui correspond à «une bouffée d’air frais très attendue par tout le monde». 

À l’échelle provinciale, la proportion des élèves de 12 à 17 ans qui sont adéquatement vaccinés est de 79,3%. 

À VOIR AUSSI    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.