/investigations/municipal
Navigation

Denis Coderre a gagné 458 263$ en 2020

Il dévoile une liste de 8 organisations avec lesquelles il a travaillé, dont plusieurs ont des intérêts immobiliers

POL-ÉLECTIONS MUNICIPALES-MONTREAL-ENSEMBLE MONTREAL-RASSEMBLEMENT
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS Le chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, lors d’une rassemblement avec des partisans au centre-ville hier soir.

Coup d'oeil sur cet article

Trois entreprises détenues par des gens d’affaires avec d’importants intérêts immobiliers à Montréal ont rémunéré Denis Coderre au cours des dernières années.

• À lire aussi: Les troupes d’Ensemble Montréal plus motivées que jamais

• À lire aussi: Des mandats privés rattrapent le candidat à la mairie Denis Coderre

Dans la liste des huit firmes avec lesquelles l’aspirant maire de Montréal a collaboré professionnellement depuis 2018, on retrouve, notamment :    

  • Le géant québécois de l’immobilier Cogir ;    
  • Le Parc Oméga, détenu par une importante société immobilière européenne qui fait des affaires à Montréal ;    
  • Le studio de création Félix & Paul, dont l’une des actionnaires est liée à l’empire immobilier canadien Minto, qui détient plusieurs immeubles dans la métropole.        

Pressé depuis le début de la semaine de dévoiler son salaire et le nom des organisations qui l’ont rémunéré comme consultant ou administrateur, le chef d’Ensemble Montréal s’est exécuté hier.

Près de 460 000 $ de revenus

L’aspirant maire affirme en outre avoir gagné 458 263 $ en 2020. Ces revenus sont composés de sa pension de 93 835 $ comme ancien député fédéral, ainsi que de 364 428 $ touchés via des dividendes de sa société de gestion.

Denis Coderre souligne aussi avoir payé 187 850 $ au total en impôts provincial et fédéral, pour la même année.

Le week-end dernier, la mairesse sortante et cheffe de projet Montréal, Valérie Plante, a déclaré avoir gagné 195 800 $ en 2020 en lien avec ses fonctions à l’Hôtel de Ville, ainsi que 28 740 $ en revenus locatifs.

À la suite de cette sortie, Denis Coderre avait d’abord refusé de dévoiler les informations le concernant, ce qui lui a valu les critiques de plusieurs adversaires politiques et analystes.

Encore hier, il voulait garder garder confidentielle l’identité d’un de ses clients, mais il a révélé en soirée qu’il s’agissait de l’imprimeur TC Transcontinental.

Les vrais enjeux

« Projet Montréal tente d’entacher mon intégrité afin de distraire les électeurs des véritables enjeux sur lesquels ils vont voter : l’état lamentable des finances publiques, l’insécurité grandissante dans nos rues, la congestion qui affecte quotidiennement des milliers de personnes, et tant d’autres », a déclaré hier par communiqué celui qui a été maire de Montréal de 2013 à 2017.

Selon lui, Montréal a été « affaiblie par la gestion catastrophique » de l’administration Plante-Dorais dans les quatre dernières années.

Valérie Plante ne s’est pas montrée convaincue par les explications avancées par son adversaire. Elle estime que la liste a été faite « sur le bout d’une table » par un Denis Coderre en « mode panique ». 

– Avec Félix Lacerte-Gauthier, Agence QMI

Les organisations qui l’ont rémunéré  

Cogir

Cet important promoteur immobilier détient de nombreux centres commerciaux et immeubles de bureaux à Montréal et a récemment construit la tour à condos de 53 étages Humaniti au centre-ville. Il a même un mandat de lobby actif envers la Ville pour un projet immobilier près du métro Assomption. Denis Coderre a conseillé la section internationale de Cogir.

Eurostar

Le candidat à la mairie de Montréal était représentant de la caisse de dépôt au conseil d’administration de cet exploitant ferroviaire en France et en Grande-Bretagne.

Fédération internationale de l’automobile (FIA)

Denis Coderre a rencontré des maires d’autres villes du monde pour parler de « l’électrification des transports » en marge des courses de Formule électrique. Notre Bureau d’enquête a révélé en mai que M. Coderre avait fait jouer ses contacts pour assurer la poursuite du Grand Prix de Formule 1 à Montréal, un événement aussi sanctionné par la FIA. 

Parc Oméga

Ce parc-nature de l’Outaouais est détenu par la société immobilière luxembourgeoise Batipart, propriété de la famille Ruggieri. Batipart est un partenaire important de Cogir et est lié à plusieurs de ses projets immobiliers à Montréal. Denis Coderre a été conseiller stratégique et administrateur du parc Oméga.

Fondation de l’Hôpital général juif

M. Coderre a été nommé ambassadeur pour la fondation de cet hôpital montréalais en mars 2018, quelques mois après avoir été battu aux dernières élections municipales. 

Stingray

La compagnie de diffusion de musique Stingray a engagé Denis Coderre quelques mois après sa défaite de 2017. Le président de Stingray, Eric Boyko, fait partie du groupe de gens d’affaires dirigé par Stephen Bronfman qui souhaite ramener une équipe professionnelle de baseball à Montréal.

Studio Félix & Paul

Denis Coderre a été lobbyiste pour cette boîte de production spécialisée en réalité virtuelle envers le gouvernement du Canada. Félix & Paul a obtenu 132 600 $ de la Ville de Montréal en 2019 et 2020 pour les droits d’une exposition que la firme a créée. 

La principale actionnaire de l’entreprise est Phoebe Greenberg, fondatrice du Centre Phi et héritière de l’empire immobilier canadien Minto. 

TC Transcontinental

Denis Coderre a travaillé pour l’imprimeur entre 2019 et 2021. L’’entreprise établie à Pointe-aux-Trembles tente depuis quelques années d’éviter que la Ville de Montréal ne change sa réglementation pour limiter la distribution du Publi-Sac aux domiciles de ceux qui souhaitent expressément le recevoir.

À VOIR AUSSI...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.