/sports/football/rougeetor
Navigation

Le Rouge et Or veut oublier le passé

Les victoires face aux Stingers en saison régulière ne veulent plus rien dire, a martelé Glen Constantin

Rouge & Or vs Stingers
Photo d’archives, Martin Chevalier Alexandre Duff court avec le ballon lors d’un match entre le Rouge et Or et les Stingers de Concordia le 4 septembre dernier. Les deux équipes recroiseront le fer en fin de semaine en demi-finale de la Coupe Dunsmore.

Coup d'oeil sur cet article

Oublier le passé, oublier ces deux victoires acquises face aux Stingers de Concordia au cours de la saison régulière. C’était le mot d’ordre de Glen Constantin, à deux jours de la demi-finale de la Coupe Dunsmore qui sera disputée au Stade Telus. 

« Les chiffres, les scores, ça ne veut absolument plus rien dire, a lancé l’entraîneur-chef du Rouge et Or en conférence de presse, jeudi. Maintenant, c’est 0-0. Nos actions dans le passé ne veulent plus rien dire. C’est ce qu’on va accomplir sur le terrain samedi qui va nous permettre de continuer [notre parcours]. »

Les éliminatoires constituent une nouvelle saison. Peu importe la discipline, la ligue, c’est là l’un des bons vieux clichés du sport. 

Mais les clichés ont souvent un fond de vérité et Constantin semble craindre que la bonne offensive des Stingers (4-4, 3e au classement), pourtant maîtrisée à deux reprises par ses joueurs durant la saison régulière, ne fasse cette fois des dégâts dans ce match sans lendemain.

Contre le recordman

Menés par le surprenant quart Olivier Roy, les Stingers ont inscrit en moyenne 26,1 points par match cette année, ce qui les place au troisième rang du circuit québécois, derrière Laval et les Carabins de l’Université de Montréal.

Les deux revers aux mains du Rouge et Or (5-3, 2e au classement), par des marques de 33 à 7 et de 36 à 10, ont contribué à faire baisser la moyenne offensive des joueurs de Brad Collinson.

Glen Constantin
Photo d'archives, Agence QMI
Glen Constantin

Roy, recordman du football universitaire québécois pour les verges par la passe en un match – 557 contre Sherbrooke, le 28 septembre –, n’a pas réussi à déployer son bras avec autant d’efficacité face à Laval. 

De ses 18 touchés par la passe réussis cette saison, un sommet dans la ligue, un seul a été réalisé face au Rouge et Or. 

« Pas à leur image »

Jeudi, Glen Constantin a passé plusieurs minutes à louanger différents aspects du jeu des Stingers, dont leur offensive. Était-ce une tactique de vieux loup visant à enlever de la pression sur les épaules de ses joueurs ? 

Peut-être en partie. Mais les Stingers ont remporté plusieurs matchs à haut pointage : ils ont inscrit 42 points contre le Vert & Or, 36 et 31 contre les RedBirds de McGill, ainsi que 31 points dans leur inattendue victoire contre les puissants Carabins, en début de campagne.

« Leurs deux résultats contre nous n’étaient pas nécessairement à leur image, a relevé Constantin. Ils ont une offensive explosive, ils sont dotés du quart-arrière qui, je crois, a été le meilleur de notre conférence cette année. Ils ont des receveurs très athlétiques, dont Jeremy Murphy, qui n’a pas joué contre nous, car il était blessé. »

« Ne pas tomber dans le piège »

Le porteur de ballon Joanik Masse a rappelé une autre particularité propre aux Stingers cette année : leur propension à revenir de l’arrière au pointage. 

« Je m’attends à une équipe qui n’abandonnera jamais, peu importe le score, a commenté Masse. Avec ce qu’ils ont montré dans la saison, on ne peut pas s’asseoir sur notre avance. On ne peut pas tomber dans le piège. »

Près de 6500 billets avaient été vendus en date de jeudi midi pour la rencontre demi-finale de la Coupe Dunsmore entre le Rouge et Or et les Stingers, qui sera disputée samedi à 14 h au Stade Telus.

Les Stingers ont fini par se brûler

À force de jouer avec le feu, les Stingers de Concordia se sont brûlés lors du dernier match de la saison régulière, un revers de 40 à 33 face au Vert & Or de l’Université de Sherbrooke. 

Experts des remontées au pointage – ils en ont réussi trois victorieuses en première moitié de saison –, les joueurs de Brad Collinson ont raté leur coup face aux Sherbrookois. 

Les « cardiacs kids » n’ont pas fait honneur à leur surnom, ne réussissant pas à combler l’écart au quatrième quart malgré une poussée de 23 points. 

« C’est une leçon pour nos joueurs. Tous les matchs sont importants et il faut toujours se préparer comme il faut, a pointé jeudi l’entraîneur Collinson. On a appris de ça, mais la page est tournée. »

De l’énergie

Le pilote des Stingers ne cache pas qu’il y a beaucoup « d’énergie » dans son vestiaire cette semaine, à l’approche de la demi-finale contre le Rouge et Or.

Et ce, même si les joueurs sont conscients de l’ampleur du défi auquel ils font face. 

« On va jouer contre une bonne équipe, c’est certain, qui fait très bien les choses. Mais nous, on doit mieux exécuter nos jeux, a analysé Collinson. On doit profiter de nos chances, aussi petites soient-elles, et s’assurer que notre quart-arrière [Olivier Roy] a du temps pour lancer le ballon. »

Une motivation ?

Les Stingers n’ont pas battu le Rouge et Or cette saison, mais ils ont arraché une victoire aux Carabins de l’Université de Montréal, qui ont terminé au sommet du classement général. 

C’était, justement, lors de l’une de ces fameuses remontées. 

Est-ce que cette victoire face aux dominants Carabins représente une source de motivation chez les Stingers, à l’approche des éliminatoires ? 

Non, dit Collinson. Et il espère que ses joueurs n’ont pas besoin de davantage d’inspiration alors qu’ils disputeront sous peu une rencontre sans lendemain. 

« Si les joueurs ne sont pas prêts, ne sont pas excités de jouer ou qu’ils ont besoin d’autre chose pour se “crinquer”, on a un problème, a-t-il rigolé. On va jouer contre une très bonne équipe et on a hâte de les affronter. »

Les leçons de la dernière défaite: les plus jeunes ont goûté à l’adversité des séries

Joanik Masse
Photo d'archives, Didier Debusschere
Joanik Masse

Aussi douloureuse fût-elle, la défaite face aux Carabins de l’Université de Montréal dans le dernier match de la saison régulière aura eu un effet bénéfique dans le vestiaire du Rouge et Or. 

« Les joueurs étaient déjà très coachables avant la défaite à Montréal [35 à 14, le 24 octobre], mais maintenant, ils sont encore plus réceptifs aux fins détails », a relevé l’entraîneur-chef Glen Constantin, jeudi. 

Dans ce revers sans équivoque, les jeunes joueurs de l’Université Laval ont aussi eu un avant-goût de ce qui risque de les attendre en éliminatoires. 

« Le niveau d’intensité, d’adversité qu’on a connu contre Montréal, ce sont des choses qu’on risque de retrouver en éliminatoires, a poursuivi Constantin. On a appris de ça, et on va s’en servir dans notre
prochain match. » 

Pas une « erreur de jeunesse »

Joanik Masse, lui, regrette la panique dont a été prise le Rouge et Or quand les Carabins sont remontés au pointage.

Voilà là une autre bonne leçon à l’approche du match face aux Stingers de Concordia.

« On était parti avec un bon rythme, on avait l’avance 7 à 0, a rappelé le porteur de ballon. Mais dès que Montréal a fait des gros jeux, on a tous eu peur. On a joué sur les talons. Il ne fallait pas faire ça : ça ne sert à rien de paniquer, parce que ça ne donne jamais rien de bon. »

Et tous les joueurs sont tombés dans le panneau, pas juste les plus jeunes, a relevé le vétéran Masse. 

« J’aurais aimé dire que c’était juste les recrues, mais non, on a tous réagi comme ça », a-t-il regretté. 

« Mais là, c’est la vraie saison qui commence, a ajouté Masse. On ne peut plus se permettre d’erreurs, on ne peut plus se permettre de perdre. On joue pour des moments comme en fin de semaine. »

Congé profitable

Le Rouge et Or profitait par ailleurs d’un congé de match lors de la dernière semaine du calendrier régulier.

Une pause bénéfique qui, selon le pilote, a permis de tenir de bons entraînements et d’apporter certains correctifs en vue de la rencontre de samedi face aux Stingers. 

« On a eu de bonnes pratiques, mais souvent, les erreurs ne sont pas conscientes. Ce sont des erreurs qui arrivent dans le feu de l’action », a analysé Glen Constantin. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.