/news/politics
Navigation

Un candidat d’Ensemble Montréal condamné à rembourser 135 000$ à d’ex-conquêtes

Un candidat du parti de Denis Coderre a été mêlé à des litiges financiers

Juan Mendez
Photo tirée de Facebook, Juan Mendez Le candidat d’Ensemble Montréal, Juan Mendez, aurait maintenu un train de vie luxueux selon une poursuite déposée contre lui.

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat d’Ensemble Montréal dans l’arrondissement de LaSalle, Juan Mendez, a été condamné dans le passé à payer près de 135 000 $ à des conquêtes amoureuses qui lui auraient prêté de l’argent pour payer son train de vie luxueux.

• À lire aussi: Denis Coderre a gagné 458 263$ en 2020

• À lire aussi: Les troupes d’Ensemble Montréal plus motivées que jamais

Juan Mendez est un ancien joueur de basketball professionnel qui a déjà participé, en 2005, à un entraînement prérepêchage avec les Raptors de Toronto. Il a été entraîneur pour Équipe Québec et à l’Université McGill, selon son compte Facebook.

Sa candidature comme conseiller dans le district de Sault–Saint-Louis a été annoncée début octobre par l’équipe de Denis Coderre.

« Compte tenu de ma longue et réussie carrière en basketball, je crois être doté à la fois de l’expertise et de la passion pour mener n’importe quel [sic] projet, défi ou entreprise dont je fais partie », écrit-il notamment sur Facebook.

Selon des jugements consultés par notre Bureau d’enquête, Mendez a déjà été condamné à verser plus de 130 000 $ à deux femmes avec qui il aurait été engagé dans des relations personnelles.

En 2012, il a été condamné à payer 28 869 $ à une femme du nom de Mélanie Lachaine.

Cette dernière aurait transféré des sommes à Mendez alors qu’il se trouvait en République dominicaine, selon ses allégations.

Elle aurait également acquitté pour lui des factures de téléphone cellulaire, loué un véhicule à ses frais et payé des factures d’hôtel et d’avion.

Train de vie luxueux

La juge Chantal Sirois, de la Cour du Québec, a estimé dans un jugement que Lachaine avait clairement prouvé ses allégations.

« Il ne s’agit d’ailleurs pas de la première fois que le défendeur emprunte ainsi de l’argent à une femme et qu’il refuse ou néglige de la rembourser », notait-elle alors.    

Une autre femme, Marie Ty, alléguait en effet dans une autre poursuite que Mendez aurait maintenu un train de vie luxueux. 

Il aurait dépensé pour voyager et payer sa voiture plutôt que de la rembourser.

Range Rover saisi

Cette dernière lui réclamait près de 106 000 $, reconnaissance de dettes à l’appui. Elle aurait été engagée dans une relation personnelle avec Mendez, selon ses allégations. Un jugement par défaut a été prononcé en faveur de la poursuivante en 2011.

Un véhicule Range Rover mis à vendre pour près de 40 000 $ a même fait l’objet d’une procédure de saisie.

Ce n’est pas tout, car le nom du candidat d’Ensemble Montréal apparaît également dans des procédures judiciaires pour loyer impayé, a-t-on pu constater. Dans une d’entre elles, un juge a autorisé en 2012 que toutes les serrures d’un immeuble où il habitait soient changées.

Mise au fait de la situation depuis plusieurs jours et appelée à commenter, l’équipe de communications d’Ensemble Montréal n’avait toujours pas réagi hier soir.

À VOIR AUSSI...    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.