/news/coronavirus
Navigation

Vaccination obligatoire en santé: «Nous avons l’air un peu fous»

Coup d'oeil sur cet article

Le Conseil de la protection des malades s’est dit «déçu» du recul du gouvernement sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé.

 • À lire aussi: Québec cède devant les non-vaccinés

• À lire aussi: Recul de Québec sur la vaccination obligatoire : soulagement et déception dans le réseau de la santé

«On a appuyé le gouvernement dans sa décision de rendre la vaccination obligatoire pour le personnel soignant, et là on se fait dire qu’on recule. Nous avons l’air un peu fous, presque plus que le gouvernement parce qu’on a des gens dans les comités, des membres qui nous disent qu’ils veulent être protégés», a affirmé Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades.

Il croit d’ailleurs qu’un hôpital devrait être l’endroit «où on se sent le plus en sécurité» et que, malheureusement, le gouvernement a fait le choix de mettre les patients à risque.

Pour lui, le gouvernement a choisi «le moindre des risques» au détriment de la sécurité des patients.

«Le personnel soignant a un serment d’office, d’agir avec toute la sécurité disponible pour soigner leur patient. Comment peuvent-ils agir de la sorte ces gens non vaccinés et continuer de respecter leur serment d’office», a questionné M. Brunet.

L’Association médicale canadienne déçue du recul sur la vaccination 

L’Association médicale canadienne (AMC) s’est dite déçue que le Québec et l’Ontario aient abandonné, mercredi, l’idée d’imposer la vaccination à leurs travailleurs de la santé.

Par communiqué, l’AMC a rappelé qu’elle milite pour que les gouvernements imposent la vaccination aux travailleurs de la santé, «qui ont un devoir fondamental de veiller à la santé des patients et du public», a plaidé la présidente de l’organisation, Dre Katharine Smart.

La Dre Smart a indiqué qu’elle comprenait les raisons de l’Ontario et du Québec, qui ont toutes deux affirmé ne pas pouvoir aller de l’avant avec la suspension de milliers de travailleurs de la santé non vaccinés, leur réseau respectif étant déjà à bout de souffle.

«Lorsque les gouvernements sont incapables d'adopter toutes les mesures sanitaires nécessaires pour protéger leur population en cas de pandémie parce qu'ils ne peuvent pas doter le personnel en conséquence, c'est le signe d'une constante défaillance du système», a cependant déploré la présidente de l’AMC.

Selon elle, il importe de trouver des solutions rapidement pour régler la question des travailleurs non vaccinés dans le réseau de la santé, d’autant plus qu’une cinquième vague du virus, avec l’arrivée de l’hiver et de la période des Fêtes n’a rien d’impossible.

À VOIR AUSSI:   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.