/news/health
Navigation

Laissée à elle-même dans une maison inadaptée

Une jeune handicapée à la suite d’un AVC attend une subvention depuis 16 mois

Lydia St-Pierre (à droite) et son père Stéphane St-Pierre ne savent pas s’ils recevront une subvention gouvernementale afin d’adapter la maison pour la jeune femme de 20 ans, qui se déplace en fauteuil roulant depuis qu’elle a fait un AVC, en mai 2020.
Photo Didier Debusschère Lydia St-Pierre (à droite) et son père Stéphane St-Pierre ne savent pas s’ils recevront une subvention gouvernementale afin d’adapter la maison pour la jeune femme de 20 ans, qui se déplace en fauteuil roulant depuis qu’elle a fait un AVC, en mai 2020.

Coup d'oeil sur cet article

La famille d’une jeune femme de 20 ans en situation de handicap ne sait toujours pas si elle obtiendra la subvention gouvernementale nécessaire pour adapter sa maison 17 mois après avoir présenté une demande pourtant « prioritaire ».

• À lire aussi: Il y a une pénurie d’ergothérapeutes au Québec

• À lire aussi: Mère d’un jeune handicapé, une médecin devra partir si Legault la force à prendre plus de patients

« Il n’y a rien pantoute d’adapté dans la maison pour Lydia, surtout en cas d’urgence. Si le feu prend, elle ne sortira pas de là vivante. Les portes sont trop étroites pour qu’elle passe avec sa chaise roulante », s’inquiète Stéphane St-Pierre, le père d’une famille de cinq enfants de Saint-Frédéric, en Beauce.

Sa fille de 20 ans, Lydia St-Pierre, souffre d’aphasie et doit se déplacer en fauteuil roulant après une thrombose sinoveineuse cérébrale survenue en mai 2020. 

Le caillot aurait été causé par la combinaison de déficit de certaines protéines provoquant une coagulation excessive du sang, et de la prise de la pilule contraceptive, selon ce que les médecins ont confirmé à la famille St-Pierre.

Après huit semaines à lutter pour sa vie à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus à Québec et des mois de réadaptation intensive, la jeune femme a pu enfin retrouver le domicile familial en janvier.

Des travaux hors de prix

Mais la maison, elle, n’était pas du tout prête à la recevoir. 

« Ça prend un ascenseur, un système de rampes devant et derrière, il faut changer les portes extérieures, élargir le cadrage des portes de sa chambre et de la salle de bain. Il faut aussi une chaise électrique pour le bain et un système pour qu’elle puisse aller aux toilettes seule », recense M. St-Pierre.

Coût estimé des travaux : 50 000 $. Un montant imposant « surtout pour des gens sur l’aide sociale qui doivent s’occuper à temps plein de leur fille », dit-il.

La famille a formulé une demande de subvention à hauteur de 16 000 $ au Programme d’adaptation de domicile (PAD) de la Société d’habitation du Québec pendant que Lydia reposait à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec, en juin 2020.

Une demande « urgente »

« On a eu un téléphone du PAD au mois d’août [2020] disant que la demande de Lydia était urgente. On parlait de trois mois d’attente, mais on n’a pas encore de nouvelles », proteste M. St-Pierre.

« Même l’ergothérapeute désigné qui doit évaluer les besoins de Lydia dans la maison n’est pas encore passé », poursuit-il.

Pour l’instant, la famille a pu réaliser de menus travaux avec les 11 000 $ amassés grâce à du sociofinancement. Or, beaucoup reste à faire.

« Lydia ne peut pas vivre dans sa propre maison. On a peur qu’elle se laisse aller au lieu de continuer à se battre, souffle le père. Le gouvernement n’est pas assez rapide pour aider à adapter le domicile des personnes en fauteuil roulant », tranche-t-il.

À voir aussi...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.