/news/provincial
Navigation

Tramway et tunnel: de sérieux doutes sur le 3e lien

Régis Labeaume malmène plusieurs aspects du tunnel souhaité par la CAQ

Coup d'oeil sur cet article

À quelques heures de céder les rênes de la ville, Régis Labeaume émet des doutes profonds sur la pertinence du projet de troisième lien et invite même le premier ministre François Legault à songer à « changer d’idée ».  

À quelques heures de sa retraite de la vie politique, Régis Labeaume a livré le fond de sa pensée au sujet des projets de tramway et de troisième lien, dans une lettre adressée à François Legault.
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
À quelques heures de sa retraite de la vie politique, Régis Labeaume a livré le fond de sa pensée au sujet des projets de tramway et de troisième lien, dans une lettre adressée à François Legault.

Dans une longue lettre adressée au premier ministre qu’il a rendue publique aujourd'hui, le maire sortant de Québec livre le fond de sa pensée. Il énumère une série de questions « sans réponses » concernant la volonté gouvernementale de construire un lien sous-fluvial dans ce qui, selon son analyse, correspond toujours aux secteurs est de Québec et de Lévis.

Il soumet à François Legault qu’il aurait « parfaitement le droit » de « changer d’idée » et qu’il existe des solutions de rechange beaucoup moins chères qu’un tunnel de 10 milliards $, qui permettraient, elles aussi, de régler la congestion routière « pour longtemps » (voir plus bas).

« J’ajouterais qu’en termes de développement durable, un changement d’orientation par rapport au projet de tunnel Québec-Lévis donnerait de l’espoir à la jeunesse du Québec et se positionnerait en harmonie avec leurs convictions. Sur le plan de la cohésion sociale, il n’y aurait que des avantages », évoque M. Labeaume.

Plusieurs questionnements

Données à l’appui, il rappelle qu’aux heures de pointe les trois quarts des véhicules qui traversent le fleuve en provenance de la Rive-Sud viennent de l’ouest et se dirigent également vers l’ouest de Québec. Il se questionne sur l’intérêt pour ces navetteurs de faire un détour pour se rendre à leur destination.

Toujours sur la Rive-Sud, c’est dans les territoires ouest que le développement résidentiel est le plus fort et que la croissance démographique anticipée est la plus grande, note-t-il. Pendant ce temps, le réseau routier de Québec est déjà saturé près d’où le tunnel sortirait, s’inquiète-t-il.

Ses préoccupations ne s’arrêtent pas là. Il pose des questions au sujet de l’étalement urbain ou du gain de temps pour les usagers. Il s’en prend à l’argument de la sécurité, souvent cité par le gouvernement Legault, en se demandant s’il est déjà arrivé depuis 50 ans que les deux ponts existants soient bloqués au même moment et sur une longue période.

« Les réponses à l’ensemble de ces questions devraient aller plus loin que l’opinion et reposer sur des analyses scientifiques », réclame-t-il.

Il s’est aussi livré à une grande réflexion au sujet du projet de tramway.

Changement de ton

C’est un changement de ton pour Régis Labeaume, qui a souvent été avare de commentaires au sujet du troisième lien. En 2020, il était néanmoins ravi que le nouveau tracé relie les deux centres-villes et fasse une place importante au transport collectif, parlant même de « game changer ».

Disant n’avoir que des « intentions constructives » il reconnaît d’autre part que M. Legault est « pleinement légitimé » de donner suite à ce qui était pour lui un engagement électoral.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, M. Labeaume travaillait à la rédaction de ce texte depuis plusieurs semaines. Il avait l’intention de le diffuser, peu importe l’identité de son successeur.

En milieu de journée, François Legault a indiqué qu’il n’avait pas eu le temps de lire la lettre encore, mais que M. Labeaume a « droit à ses commentaires ».

L’entourage du maire élu Bruno Marchand a décliné notre demande de réaction. 

— Avec la collaboration de Marc-André Gagnon  

  • Écoutez la rencontre entre Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoît Dutrizac, sur QUB radio:   

 

Ses questions sur le troisième lien   

« Pourquoi les trois quarts des automobilistes provenant de l’ouest de la Rive-Sud et se rendant à l’ouest de Québec rouleraient des kilomètres supplémentaires vers l’est afin d’utiliser un tunnel, pour se retrouver sur des axes routiers qui sont déjà en congestion du côté est de Québec, et retourneraient à l’ouest de la ville pour leur destination finale ? »

« Quel est le gain de temps que pourront observer les automobilistes qui vont continuer à utiliser [les] deux ponts à l’ouest ? »

« Quelles seraient les garanties légales supplémentaires qui empêcheraient un phénomène d’étalement urbain du côté est de la Rive-Sud ? »

« Quant à la sécurité, quelle est l’incidence statistique pour que les deux ponts soient bloqués au même moment sur une longue période ? Est-ce que cela s’est déjà produit depuis l’ouverture du pont Pierre-Laporte il y a 50 ans ? »

« Combien de camions verraient leur temps de parcours diminué en fonction de leurs destinations ? »

« Comment, scientifiquement et en pratique, un tunnel fera-t-il une différence sur le développement économique de l’est du Québec ? »

* Extraits tirés de la lettre rédigée par M. Labeaume.

Ses solutions de rechange à la construction d’un tunnel   

« L’ajout d’une nouvelle voie de circulation sur le pont Pierre-Laporte, dans le sens du trafic le matin et le soir, comme cela se fait sur le Golden Gate Bridge à San Francisco ou sur le pont Louis-Bisson à Laval, augmenterait du tiers la capacité de circuler sur ce pont.

« L’implantation d’un projet majeur de transport collectif sur la Rive-Sud de Québec permettrait à plusieurs familles de laisser tomber leur deuxième voiture et d’ainsi économiser entre 8000 $ et 10 000 $ après impôts annuellement, tout en libérant d’autant le trafic sur les ponts.

« Des interventions en amont et en aval des ponts, en modifiant les voies d’entrées et de sorties, ou les voies qui y mènent, augmenteraient la fluidité.

« Conjointement, ces solutions corrigeraient la situation de la congestion routière pour longtemps, me semble-t-il, et ce, pour seulement une partie des 10 milliards de dollars d’investissements prévus pour le tunnel. »

* Extraits tirés de la lettre rédigée par M. Labeaume.

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.