/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

La magie de l’amarone signée Brigaldara

La magie de l’amarone signée Brigaldara
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Outre Roméo et Juliette de Shakespeare, Vérone et la Vénétie sont le berceau d’un des plus beaux vins rouges de la planète: l’amarone.

C’est surtout un vin original, concocté avec des raisins qu’on laisse sécher entre 3 et 4 mois sur de grands treillis – méthode dite appassimento en italien. Cela permet de leur faire perdre jusqu’à 40% d’eau. Ce procédé permet également de concentrer les sucres dans les raisins, ce qui augmente évidemment le potentiel d’alcool et explique pourquoi l’amarone affiche habituellement entre 16% et 17% d’alcool.

Deux cépages sont obligatoires: la corvina, qui, avec sa peau épaisse, apporte l’acidité et conserve la fraîcheur du fruité, et la rondinella, qui apporte la rondeur. Suivant un élevage de plusieurs mois en barrique, il en résulte un rouge très coloré, dense et onctueux, qui montre parfois des tanins fermes, une certaine amertume en finale, le tout étant porté par une fraîcheur parfois étonnante.

Étant donné leur méthode de fabrication (il faut 3 kg de raisins frais pour faire une bouteille), les prix demandés sont élevés. Ils ont en revanche un grand potentiel de garde, bien que je les préfère habituellement en jeunesse. Sachez qu’il est possible de faire l’expérience du «goût» de l’amarone en se rabattant sur le ripasso (qui veut dire «repassé» en italien). Moins cher, c’est un vin dont le jus de raisin en fermentation est «repassé» sur un marc de raisins séchés, le plus souvent d’amarone, ce qui apporte structure et richesse.

Nous avons eu la chance, cette semaine, de déguster les vins du domaine Brigaldara avec Antonio Cesari. C’est son père, Stefano, qui, au début des années 1980, décide de consolider le domaine familial. De concert avec Roberto Ferrarini, célèbre œnologue qui a notamment œuvré au légendaire domaine Quintarelli, il hissera la qualité des vins du domaine. Le niveau atteint aujourd'hui force l’admiration. Il ne vous reste qu'à le découvrir. Des amarones d’une élégance princière, complètement secs et dotés d’une impressionnante complexité. Vous trouverez à la suite mes impressions sur les vins dégustés.

Buvez moins. Buvez mieux.

Brigaldara, Valpolicella 2020 18,85 $ - Code SAQ 14320523 – 13% - 2,5 g/L

Un «valpo» comme on aimerait en boire tous les jours. C’est léger tout en montrant un corps certain. À boire frais.

★★1⁄2 $$

Brigaldara, Valpolicella Superiore Ripasso 2018 22,10 $ – Code SAQ 14477977 – 14,5% – 4,6 g/L

On entre dans le vif du sujet. Un rouge séveux, ample et généreux. Des tonalités de pot pourri, de cerise noire et de garrigue. Long et caressant. Le 2013 dégusté confirme le sérieux du vin, le tout étant offert à prix d’ami.

★★★ $$

Brigaldara, Amarone della Valpolicella Classico 2016 56,75 $ – Code SAQ 12950433 – 16,5% – 3 g/L

Un excellent exemple pour comprendre ce qu’un bon amarone devrait être: puissant, élégant, savoureux et structuré. Le fruité mûr et enrobant se marie merveilleusement bien avec les amers nobles qui marquent la longue finale. Sérieux et accessible, il mérite une bonne aération pour se révéler pleinement.

★★★★ $$$$

Brigaldara, Amarone della Valpolicella Casa Vecie 2015 73,25 $ – Code SAQ 13057647 – 16,5% – 3 g/L

Une parcelle située à 500 mètres d’altitude. Mon collègue Jean Aubry, au Devoir, évoquait les grands zinfandels d’Helen Turley ou la fameuse cuvée Jackass Hill Zin de Martinelli, la fraîcheur en plus. Il a parfaitement raison. J’ajouterais une identité propre avec des tanins racés, de magnifiques amers et une longue rémanence sur des tonalités de fleur séchée, de cerise noire, de balsamique et d’épices. Parfaitement à point, tout en étant issu d’un millésime plus frais. Le 2008 dégusté côte à côte est venu confirmer qu’une garde de 10 à 15 ans est l’idéal pour saisir pleinement la magie de l’amarone.

★★★★1⁄2 $$$$$

Légende 

★ Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: il vaut largement son prix.

Autant d’étoiles que de dollars: il vaut son prix.

Moins d’étoiles que de dollars: il est cher.