/news/green
Navigation

QS veut impliquer les régions dans la lutte contre les changements climatiques

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire veut que chaque région du Québec se dote d'un plan de transition afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, en plus de se préparer aux impacts locaux des changements climatiques.

• À lire aussi: Marie-Victorin : l’élection partielle aura lieu après Noël

• À lire aussi: Heures décisives pour le climat à la COP26

Après tout, le réchauffement planétaire se fera ressentir différemment aux quatre coins du Québec, fait valoir la députée solidaire Émilise Lessard-Therrien.

Certaines régions devront travailler à protéger leurs berges tandis que d’autres feront face à des sécheresses qui affecteront les récoltes. D’autres encore devront réduire la coupe forestière pour respecter l’engagement du Canada de protéger les «poumons» de la planète.

«On adresse trop souvent la crise climatique à travers le prisme des grandes villes ou des centres urbains, pourtant il y a quand même des enjeux importants dans les régions », fait valoir Mme Lessard-Therrien, de retour du sommet de l’ONU sur les changements climatiques, en Écosse, la COP26.

Québec solidaire propose donc de créer des Conseils régionaux de transition où siégeraient des élus municipaux, des citoyens et des représentants de la société civile. Ces CRT auraient le mandat de doter leur région d’un plan de transition et d’adaptation aux changements climatiques, qui inclurait un bilan carbone.

«Si on veut aussi participer, en région, à la lutte aux changements climatiques, il faut savoir c’est quoi nos principales sources d’émission et comment on peut s’organiser, régionalement, pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre.»

Impact sur les communautés

Du même coup, ces conseils régionaux deviendraient «l’interlocuteur principal» du gouvernement afin d’éviter que la réponse à la crise climatique soit gérée uniquement par Québec, sans consultation des régions.

«Par exemple, François Legault a l’ambition de développer la filière électrique au Québec avec les minéraux critiques et stratégiques. Mais ces minéraux, ils ne sont pas à Montréal ni à Québec, ils sont dans les régions», souligne la députée solidaire.

L’exploitation de cette ressource essentielle à la fabrication de batteries électriques a un impact sur les communautés, notamment autochtones. «Donc, il faut faire les choses de la bonne façon, en incluant les acteurs régionaux», plaide Émilise Lessard-Therrien.

Revoir le développement des régions

Pour QS, la lutte contre les changements climatiques passe également par une certaine densification des régions, afin d’éviter l’étalement urbain et le recours à l’auto solo.

«Ça peut passer, par exemple, par des micro-CPE, plutôt que d’avoir un CPE de 80 places au centre-ville, afin de diminuer le transport, particulièrement avec le télétravail», illustre Mme Lessard-Therrien.

Idem pour les épiceries. On pourrait envisager de plus petits commerces de proximité, plutôt que des supermarchés qui forcent les gens à utiliser leur auto. «Ça, c’est un modèle du passé», estime la députée solidaire.  

À VOIR AUSSI...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.