/lifestyle/books
Navigation

Sylvie Moreau, découvrir le monde à travers les livres

Sylvie Moreau
Photo Chantal Poirier Sylvie Moreau

Coup d'oeil sur cet article

Signant le texte et la mise en scène de Dans la tête de Proust, qui sera présenté du 17 au 20 novembre au Monument-National, la comédienne Sylvie Moreau nous ouvre d’abord les portes de son propre univers littéraire.

Vous vous rappelez avec quel roman vous avez commencé à aimer la lecture ?

Sylvie Moreau
Photo courtoisie

Comme bien d’autres, je pense, ça a vraiment commencé avec les romans de la comtesse de Ségur. Les malheurs de Sophie, Les vacances, Après la pluie, le beau temps, Les bons enfants... Je les ai tous lus 15 ou 20 fois ! Découvrir l’environnement bourgeois de ces enfants a été fascinant pour moi. Ensuite, il y a eu les Bob Morane d’Henri Verne, les Agatha Christie, les Sylvie de René Philippe. J’aimais beaucoup les séries, parce qu’elles me permettaient d’entrer plus profondément dans l’univers des héros. Plus tard, il y a aussi eu Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez et les romans d’Italo Calvino, un auteur que j’ai adoré.

Sylvie Moreau
Photo courtoisie

Dans votre vie, est-ce qu’il y a un livre qui a été plus important que tout autre ?

Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir. Cette écrivaine embrassait la vie dans tout ce qu’elle avait de concret, et son écriture était charnelle, vivante, avec un volet intellectuel tellement puissant. Je viens d’un milieu extraordinaire, mais assez conventionnel au niveau des modèles, et ce livre m’a donné confiance dans mon avenir de femme.

Sylvie Moreau
Photo courtoisie

Proust a aussi été très important, avec la découverte du monde sensible dans ses descriptions profondes sur la laideur et la beauté de l’intériorité des êtres humains. Le lire a été pour moi comme un voile qui se déchire sur une autre dimension du réel. 

De tous les ouvrages de Proust, que ce soit l’un des tomes d’À la recherche du temps perdu ou l’un des livres qu’il a écrits avant, quel est votre préféré ?

Sylvie Moreau
Photo courtoisie

Contre Sainte-Beuve, qui a été publié après sa mort. À l’époque, l’écrivain et critique littéraire Charles-Augustin Sainte-Beuve faisait la pluie et le beau temps dans le milieu des arts et Proust a écrit une espèce d’essai extraordinaire qui ne parle jamais contre le bonhomme, mais qui défend une autre approche pour aborder les œuvres. Pour les apprécier, il disait qu’il fallait se laisser guider par nos sens.

Ce livre m’a permis de bien lire et de mieux comprendre À la recherche du temps perdu. 

Et parmi tous les autres classiques de la littérature, quels sont vos grands favoris ?

Shakespeare occupe une grande place, car j’ai eu la chance de jouer dans beaucoup de ses pièces. Il a su mélanger dans son œuvre le sublime et le grotesque, et il a fait une peinture incroyable de l’humanité. Aucun humain n’a été laissé pour compte. Cela dit, j’aime surtout ses drames historiques. Henri IV, Henri VI, Richard II... Pour moi, ils sont les plus complets et offrent un apprentissage étonnant de l’époque.

Sylvie Moreau
Photo courtoisie

Côté romans, j’ai capoté sur Michel Tournier. Le roi des aulnes, Les météores et, bien sûr, Vendredi ou Les limbes du Pacifique. J’aimais beaucoup le côté foisonnant de son écriture et le fait qu’il s’intéresse autant au laid qu’au beau. J’ai aussi adoré Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas et La promesse de l’aube de Romain Gary.

Mis à part les titres qui ont déjà été cités plus haut, quels ont été vos plus gros coups de cœur littéraires ?

  • 14 de Jean Echenoz, pour son écriture remarquablement précise. 
  • Rapport sur moi de Grégoire Bouillier. C’est une série de courts textes à saveur autobiographique à travers lesquels on finit par découvrir qui il est. Grégoire Bouillier crée une cohérence sans se servir d’aucune chronologie. Il faut lire ça, c’est incroyable.
  • Le lambeau de Philippe Lançon, qui m’a complètement bouleversée. 
  • Limonov d’Emmanuel Carrère, 
  • Journal d’Irlande : Carnets de pêche et d’amour de Benoîte Groult et 
  • L’énigme du retour de Dany Laferrière ont également été des coups de cœur.  

Tous genres confondus, qu’avez-vous lu de bon dernièrement ?

Sylvie Moreau
Photo courtoisie

L’anomalie d’Hervé Le Tellier. J’ai adoré, ça m’a fait penser à du Italo Calvino. L’histoire est très amusante et ça m’a beaucoup étonnée que ce type de roman ait remporté un prix Goncourt. 

Du côté des livres pratiques, est-ce qu’il y a un ouvrage dont vous ne pouvez vous séparer ?

Antidote ! Ce n’est pas tout à fait un livre, mais il est pratique et je le consulte souvent. C’est un outil extraordinaire si on s’intéresse aux mots. 

Que pensez-vous lire bientôt pour décrocher ?

Sylvie Moreau
Photo courtoisie

C’est sûr que ça va être un polar. J’aime beaucoup ceux d’Ian Rankin, de Michael Connelly, d’Henning Mankell et de Jo Nesbø. Tiens, ça sera probablement Leur domaine, le dernier de Jo Nesbø.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.