/sports/hockey
Navigation

Kim St-Pierre intronisée et chaudement applaudie

Kim St-Pierre intronisée et chaudement applaudie
Photo Agence QMI, Benoit Rioux

Coup d'oeil sur cet article

Livrant un touchant discours, la Québécoise Kim St-Pierre a rendu hommage à ses racines, lundi soir à Toronto, au moment d’être intronisée au Temple de la renommée du hockey.

• À lire aussi: Kim St-Pierre fait son entrée au temple: la consécration d’une pionnière 

L’athlète originaire de Châteauguay a probablement réservé ses plus beaux mots à ses parents, Louise et André.  

«Vous êtes la raison pour laquelle je suis ici, aujourd’hui, a-t-elle indiqué. S’il y avait un Temple de la renommée pour les parents, vous auriez une place au soleil.»

«Quand j’avais 8 ans, j’ai demandé à mes parents de jouer au hockey, ils étaient probablement étonnés, mais je les remercierai toujours d’avoir accepté.»

Chaudement applaudie après son discours, St-Pierre a aussi remercié son mari, Lenny-Jo Goudreau, et ses enfants, Liam et Ayden, faisant d’ailleurs rire l’auditoire en rappelant à son fils le plus âgé que c’était le moment d’écouter maman...

La première gardienne

Parmi les nombreux remerciements, elle a nommé Danièle Sauvageau et Caroline Ouellette, des acolytes au sein de l’équipe canadienne, mais aussi Dan Madden et Amey Doyle, afin de rappeler son passage chez les Martlets de l’Université McGill.

«Voir Manon Rhéaume jouer avec le Lightning de Tampa Bay en 1992 a été un moment majeur pour moi; Manon a brisé tellement de barrières dans le monde du hockey et elle en a inspiré plusieurs», a aussi noté St-Pierre, devenue la première gardienne à faire son entrée au panthéon.

La cérémonie de lundi soir était le point d’orgue d’une série de journées magiques pour la gardienne québécoise, qui avait plus tôt reçu, comme les autres nouveaux membres du panthéon, la bague officielle et le blouson.

«C’est dur de nommer un seul moment, ç’a été de superbes journées à partager avec la famille et les amis», a reconnu St-Pierre, alors qu’elle foulait le tapis rouge en compagnie de nombreux membres de sa famille.

«Je suis extrêmement fier d’elle», a alors livré son mari. 

  • Écoutez la chronique de Jean-François Baril Lacroix au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio:  

Kim St-Pierre intronisée et chaudement applaudie
Photo Agence QMI, Benoit Rioux

«Comme Patrick Roy»

Dès les premiers moments de la cérémonie de lundi soir, le président du Temple de la renommée, Lanny McDonald, a présenté St-Pierre comme «l’une des gardiennes les plus décorées du hockey féminin».

La gardienne a notamment remporté trois médailles d’or aux Jeux olympiques (2002, 2006 et 2010) et cinq médailles d’or lors des Championnats du monde (1999, 2000, 2001, 2004 et 2007).

«Si je devais décrire Kim St-Pierre en un seul mot, ce serait “confiance”», a livré son ancienne coéquipière Danielle Goyette, également médaillée d’or aux Jeux de Salt Lake City et de Turin, lorsque croisée sur le tapis rouge. «Comme Patrick Roy, tu pouvais compter sur elle lors des parties importantes.»

St-Pierre pouvait difficilement recevoir un plus beau compliment, elle qui a grandi en idolâtrant Roy et en empruntant d’ailleurs son numéro 33.

Kevin Lowe, Jarome Iginla, Marian Hossa, Doug Wilson et Ken Holland — ce dernier à titre de bâtisseur — ont aussi été intronisés officiellement au Temple de la renommée du hockey, lundi soir.

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.