/opinion/columnists
Navigation

L’admiration

Guy Rocher
Photo d'archives Guy Rocher

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, le fait d’admirer une personne que l’on estime supérieure moralement ou intellectuellement semble poser problème. Comme si l’admiration pour des êtres que l’on juge exceptionnels nous dévalorisait. Le complexe d’infériorité du fait d’appartenir à un « petit peuple » nous rend même mal à l’aise. Or la présence dans notre vie d’une personne qui nous donne envie de nous dépasser est source de bonheur.

Grâce à mon métier, j’ai croisé et fréquenté des gens admirables. Enfant, j’ai admiré deux religieuses qui m’ont transmis le goût d’apprendre. Et puis il y a eu la mythique madame Audet, qui a permis à tant de jeunes de se passionner pour la langue française. Elle nous enseignait dans sa célèbre école de diction.

J’ai eu quelques professeurs à l’université que j’ai admirés. Le plus important était Guy Rocher, dont Pierre Duchesne a signé le second tome de la biographie cette semaine.

  • Écoutez la chronique de Denise Bombardier au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Magistral

Dans les années soixante, Guy Rocher enseignait à tous les étudiants en sciences sociales l’introduction à la sociologie à l’Université de Montréal. Jamais je n’ai retrouvé par la suite un professeur plus admirable. Il nous captivait semaine après semaine, et il fallait arriver avant l’heure à l’amphithéâtre, car des étudiants en médecine, en droit et d’autres facultés, grâce au bouche-à-oreille, venaient assister à son cours magistral. Nous étions tous fascinés, buvant ses paroles. Guy Rocher était habité par sa matière et par un désir incandescent de nous transmettre son savoir.

Guy Rocher, qui est maintenant âgé de quatre-vingt-seize ans, est un grand héros intellectuel du Québec. Exactement comme Fernand Dumont, mort trop tôt. Ces hommes instruits issus de milieux modestes ont contribué à travers leurs écrits et leur engagement pendant la Révolution tranquille à former des générations de Québécois. À leur transmettre des connaissances, mais avant tout un sens de la liberté et de la distance critique quant aux idées. Guy Rocher défend toujours la laïcité et il est devenu indépendantiste. Mais jamais cet homme admirable n’a tenté de convertir ses étudiants à ses idées.

Que les temps ont changé !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.