/news/politics
Navigation

Service en français: un témoignage fait réagir le ministre Lacombe

Service en français: un témoignage fait réagir le ministre Lacombe
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le témoignage d’un homme qui s’est fait refuser le service en français dans un café de Gatineau, en Outaouais, a vivement fait réagir le ministre responsable de la région, qui a déploré la situation au moment où la question de la place du français au Québec interpelle plusieurs citoyens.

• À lire aussi: La Caisse de dépôt et placement veut que les patrons parlent français

• À lire aussi: Manifestation devant le siège social d’Air Canada samedi

• À lire aussi: Langue française: le grand patron de SNC-Lavalin décide de reporter son discours

«Inimaginable. Un client demande à se faire servir en français dans un café de Gatineau. La réponse: «If you’re not happy, get the fuck out of here» [Si vous n’êtes pas contents, partez d’ici] et «Fuck you, I can’t even understand what you say» [Allez vous faire voir, je ne comprends même pas ce que vous dites]. Vivement le projet de loi 96», a écrit le ministre Mathieu Lacombe sur son compte Twitter, lundi matin.

M. Lacombe revenait alors sur les propos rapportés par un citoyen de Gatineau, qui expliquait qu’il n’avait pas pu se faire servir en français cette fin de semaine dans un commerce situé sur le boulevard du Mont-Bleu, dans le secteur de Hull.

«Soudainement [le propriétaire] me dit quelque chose, puis moi je n’ai pas compris. Ça fait que je lui demande, «pouvez-vous me parler en français s’il vous plaît ?». Aussitôt que j’ai dit cette phrase-là, son visage a complètement changé puis il m’a répliqué «I’m not allowed to speak to you in French» [Je n’ai pas le droit de vous parler en français]», a expliqué l’homme en entrevue lundi matin sur les ondes de la radio 104.7 Outaouais.

«Ma langue maternelle c’est l’espagnol, j’apprends le français parce que j’habite au Québec, pour me faire chicaner en anglais», a-t-il également déploré.

L’homme a par ailleurs indiqué à l’animateur qu’il souhaitait déposer une plainte à Impératif français et d’autres organismes.

La récente controverse linguistique entourant le discours en anglais du président-directeur général d’Air Canada, Michael Rousseau, avait créé une vague de contestation au Québec, plusieurs citoyens ayant décidé de se porter à la défense du français dans la province.

Une manifestation a d’ailleurs eu lieu samedi devant le siège social de la compagnie aérienne en réaction aux propos de M. Rousseau sur le français. Près de 2000 plaintes avaient également été signalées au Commissariat aux langues officielles en date de samedi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.