/finance
Navigation

163 M$ dérobés au Canada: une année en or pour les fraudeurs

Ils ont dérobé 163 M$ depuis janvier au pays, dont près de 19 M$ au Québec

Equifax
Photo d’archives, Martin Chevalier Le Centre antifraude du Canada a comptabilisé un montant record de fraudes au Canada depuis le début de l’année 2021.

Coup d'oeil sur cet article

L’année n’est même pas encore terminée que le butin des fraudeurs atteint déjà des sommes records à travers le pays. Selon le Centre antifraude du Canada, les voleurs ont jusqu’à présent raflé 163,3 millions $, dont 18,7 millions $ au Québec.

• À lire aussi - Hameçonnage par message texte: les présumés fraudeurs aux 50 cellulaires arrêtés

• À lire aussi - Desjardins: des fichiers effacés par le suspect du vol de données

« Depuis deux ans, les gens réalisent plus de transactions en ligne et ils s’exposent davantage. [...] Il y a aussi peut-être une diminution de la vigilance », indique le spécialiste en cybersécurité, Steve Waterhouse.

Les données compilées par le Centre antifraude du Canada (CAFC) pour cette année couvrent la période de janvier au 30 septembre. Les pertes financières de 163,3 millions $ représentent une augmentation de 53 % par rapport à la cueillette des malfaiteurs en 2020, qui s’était élevée à 106,6 millions $. L’année précédente, près de 104 millions $ s’étaient envolés.

Alors que les sommes perdues sont plus élevées, le nombre de victimes et de signalements n’a pas encore atteint les marques de 2020. Cela signifie qu’en moyenne, les fraudes ont été importantes. 

Pour M. Waterhouse, cette hausse des escroqueries n’a rien de surprenant surtout lorsqu’il regarde les impacts de la pandémie ces derniers mois. 

« Les gens ont été plus isolés à la maison. Ils ont pris plus de risques en ligne que ce soit pour magasiner ou explorer sur le web, ce qu’ils faisaient peut-être moins au bureau », avance-t-il, craignant encore des hausses ces prochaines années surtout avec la croissance de l’utilisation des cryptomonnaies.

Ce sont les fraudes liées à des offres d’investissement qui ont coûté le plus cher aux Canadiens et Québécois depuis janvier. Au pays, les stratagèmes financiers ont fait perdre 61,7 millions $, dont 8,7 millions $ au Québec.

Piège amoureux

Les fraudes amoureuses et l’hameçonnage arrivent au deuxième et troisième échelon des arnaques qui ont été les plus lucratives pour les malfaiteurs. 

Les stratagèmes de rencontre où le fraudeur tente d’entretenir une relation virtuelle en ligne ont fait 671 victimes et coûté 32,3 millions $.

Au Québec, 152 personnes sont tombées dans ce guet-apens de l’amour et elles ont dépensé un montant total de 3,57 millions $.

Pour l’hameçonnage, la facture au Canada atteint depuis janvier dernier 21,13 millions $, dont 2,46 millions $ au Québec.

Les fraudes liées aux vols de renseignements personnels et d’identité ont fait le plus de victimes. Des 4549 rapports traités, 3060 personnes ont été considérées comme des victimes par le CAFC.  

Et pour la PCU ?

Le CAFC a confirmé au Journal avoir reçu depuis le début de la pandémie, « de nombreux rapports d’usurpation d’identité », sans toutefois fournir un nombre précis lié à des victimes signalant que quelqu’un avait utilisé leur numéro de NAS pour des demandes de Prestation canadienne d’urgence [PCU]. 

Il est toutefois impossible encore de connaître l’ampleur de ces fraudes. 

Après des mois d’enquêtes, l’Agence du revenu du Canada n’est toujours pas en mesure de chiffrer le montant et le nombre de fraudes en lien avec la PCU ou la Prestation canadienne de la relance économique.

Un porte-parole a répondu au Journal dans un courriel que les travaux d’analyses et de vérifications étaient toujours en cours et que l’Agence collaborait avec la Gendarmerie royale du Canada, le CAFC et les autorités policières.

« Le traitement des cas suspects et complexes peut entraîner des périodes d’examen et de vérification plus longues », a répondu Christopher Doody, précisant que dans certains cas, l’Agence demande aux personnes visées de fournir des documents et des renseignements qui doivent être par la suite authentifiés. 


Quelques fraudes et les montants depuis le début de l’année au Québec 

  • Investissements : 8,7 M$ 
  • Romance : 3,57 M$ 
  • Hameçonnage : 2,46 M$ 
  • Extorsion : 1,22 M$ 
  • Marchandises : 568 953 $ 
  • Service : 338 185 $ 
  • Enquêteur bancaire : 280 259 $ 
  • Vente de marchandises : 272 059 $  

Source : Centre antifraude du Canada

À VOIR AUSSI