/news/provincial
Navigation

Victoire de Bruno Marchand: les derniers jours de campagne ont tout changé

Marchand a profité de la dernière semaine de campagne pour engranger les votes qui l’ont mené à la victoire

Le nouveau maire de Québec, Bruno Marchand
Photo Stevens Leblanc Le nouveau maire de Québec, Bruno Marchand

Coup d'oeil sur cet article

L’élection à Québec continue de faire couler de l’encre, plus d’une semaine après le vote qui a porté Bruno Marchand à la mairie. En décortiquant les résultats du scrutin, Le Journal a constaté que les derniers jours ont été cruciaux pour le nouveau maire, qui y a engrangé les voix qui l’ont mené jusqu’à la victoire. 

• À lire aussi: Une première rencontre Marchand-Plante à Montréal

• À lire aussi: Marchand veut des opposants sur le comité exécutif

Animation Philippe Langlois

Une fin de course enlevante aussi dans les districts 

Bruno
Marchand
Photo Stevens LeBlanc
Bruno Marchand

La performance de Bruno Marchand en fin de course se vérifie aussi dans les districts électoraux.

Partout, M. Marchand partait avec un retard, après le vote par anticipation. Sauf dans Cap-aux-Diamants, où son avance était toutefois très mince : une vingtaine de votes à peine.

Mais dans plusieurs cas, même si son retard était de plusieurs dizaines de voix par rapport à ses adversaires après le vote par anticipation, il a réussi à les coiffer au fil d’arrivée.

C’est le cas dans Saint-Roch–Saint-Sauveur, Montcalm–Saint-Sacrement, Saint-Louis–Sillery, Loretteville–Les Châtels, Louis-XIV, Pointe-de-Sainte-Foy et Cap-Rouge–Laurentien.

Ironiquement, dans ces deux derniers districts, les candidats au poste de conseiller pour Québec Forte et Fière, le parti du maire, n’ont pas été élus.

Par ailleurs, Bruno Marchand a terminé troisième dans quelques districts de la banlieue : Val-Bélair, Lac-Saint-Charles–Saint-Émile, Robert-Giffard et Chute-Montmorency–Seigneurial. 

Remontée spectaculaire après le vote par anticipation 

Marie-Josée Savard
Photo Didier Debusschere
Marie-Josée Savard

Le nom de Bruno Marchand ne figurait pas en tête de liste après le vote par anticipation, qui s’est tenu les 30 et 31 octobre. Ni après le dépouillement des votes postaux.

Au terme de ces deux exercices, c’est Marie-Josée Savard qui détenait l’avance. Une avance très confortable. En effet, les bulletins reçus par la poste lui accordaient un appui de 52 %, contre seulement 18 % pour M. Marchand.

Lors du vote par anticipation, 39 % des électeurs l’avaient choisie comme mairesse. Bruno Marchand récoltait 26 % des votes.

C’est le jour du vote, le 7 novembre, qui a tout fait basculer. Avec plus de 44 000 citoyens qui se sont déplacés pour déposer son nom dans l’urne, il a battu son adversaire, de justesse. M. Marchand a été le choix 35 % des électeurs ce jour-là, contre 28 % pour Mme Savard. 

La banlieue divisée sur le choix du maire  

Jean-François Gosselin
Photo Dominique Lelièvre
Jean-François Gosselin

Si Bruno Marchand a remporté les quartiers centraux de la ville, il n’a pas réussi à s’imposer en banlieue.

En fait, les citoyens de la couronne nord de Québec étaient plutôt divisés sur la personne qu’ils souhaitaient voir occuper la mairie de Québec pour les quatre prochaines années.

La Haute-Saint-Charles et Beauport ont opté pour Jean-François Gosselin, principalement.

Deux districts font cependant bande à part. Loretteville–Les Châtels a accordé sa confiance à Bruno Marchand, par une marge confortable. Les électeurs de Robert-Giffard ont préféré Marie-Josée Savard, sans équivoque.

Quant à Charlesbourg, le cœur des électeurs balançait entre M. Marchand, Mme Savard et M. Gosselin---, qui, au pourcentage des votes à la mairie, ont été choisis chacun dans un des trois districts : Louis-XIV pour M. Marchand, Saint-Rodrigue pour Mme Savard et Les Monts pour M. Gosselin. 

Jackie Smith a tout raflé le jour du vote à Limoilou 

Jackie Smith
Photo Didier Debusschere
Jackie Smith

La cheffe de Transition Québec a elle aussi très bien performé dans la dernière étape de la campagne électorale, constate-t-on à l’analyse des résultats de sa colistière, Madeleine Cloutier.

Celle-ci se présentait dans le district de Limoilou et consentait à laisser son siège à sa cheffe si cette dernière n’était pas élue à la mairie.

Le duo Smith-Cloutier partait de très loin après le vote par anticipation.

La candidate de l’Équipe Marie-Josée Savard, Suzanne Verreault, avait fait le plein de votes, avec 35 % du vote par anticipation (contre 26 % pour TQ) et 58 % des votes postaux (16 % pour TQ).

C’est véritablement le jour du vote que la tendance s’est inversée.

Pas moins de 43 % des électeurs limoulois ont appuyé Mme Smith et sa colistière, ce jour-là. Cela a été amplement suffisant pour lui ouvrir les portes de l’hôtel de ville, alors qu’elle a terminé la soirée avec 38 % du vote total.

Mme Verreault a pour sa part dû se contenter de 22 % le jour du vote, pour 25 % au total.  

La répartition des votes à Québec  

Voici l’évolution du dépouillement des votes, le soir de l’élection  

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.