/news/politics
Navigation

Élections municipales: des bizarreries notées dans l’analyse du vote à Québec

Les disparités ne sont toutefois pas de nature à changer l’issue du scrutin

GEN-VOTE-MUNICIPAL-MONTREAL
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

L’analyse fine du vote à Québec révèle une dizaine de bizarreries, qu’un regard général sur les chiffres ne permet pas de déceler, par exemple des différences notables entre le nombre de bulletins enregistrés pour le maire et pour le conseiller dans un même bureau de scrutin. 

• À lire aussi: Les derniers jours de campagne ont tout changé

• À lire aussi: 39 erreurs majeures lors du dépouillement du vote à Montréal

Dans une démarche inédite, Le Journal a réalisé une analyse approfondie des données du vote aux dernières élections municipales.

Chacun des 1502 bureaux de vote des 21 districts a été analysé pour mieux comprendre les résultats. 

Des disparités qui n’ont pas pu être expliquées sont apparues. 

Par exemple, dans un des bureaux de vote de Val-Bélair, on a remarqué un écart important entre le nombre de personnes qui se sont prononcées sur le choix du maire et celles qui ont fait leur choix pour le conseiller, malgré le fait que chaque électeur recevait un bulletin de vote pour chacun des deux postes. 

Hier, en fin de journée, le greffier de la Ville n’était pas disponible pour répondre à nos questions.

Les disparités constatées par Le Journal à Québec sont mineures et ne sont pas de nature à changer l’issue du vote, ni à la mairie ni dans les districts, contrairement à ce qui a été décelé à Montréal

  • Écoutez Dominique Cambron Goulet, journaliste du Bureau d’enquête de Québecor, au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio:

Irrégularités à Montréal

Dans la métropole, 39 irrégularités importantes ont été notées et elles pourraient avoir un impact sur les résultats de l’élection, car une dizaine de ces cas se trouvent dans des secteurs où le vote était tellement serré que des recomptages ont été demandés.

Il peut s’agir de dizaines, voire d’une centaine de votes crédités à la mauvaise personne ou non comptabilisés.

À Québec, aucun dépouillement judiciaire n’a été réclamé par l’un ou l’autre des partis.

Beaucoup d’efforts

Les données électorales étant diffusées uniquement en format PDF par la Ville de Québec, il a fallu beaucoup d’efforts à notre équipe afin d’en permettre l’analyse dans une démarche de journalisme de données.

Le logiciel Tabula a été utilisé pour extraire l’information du document PDF vers un format tabulaire (Excel).

Ensuite, il a fallu replacer dans l’ordre tous les candidats à la mairie et au conseil pour chacun des 1502 bureaux de vote.

Enfin, un croisement entre fichiers, plusieurs colonnes de calculs et des règles de détection d’anomalies ont été créés pour aider à l’analyse des boîtes des 21 districts de la ville.

— Avec la collaboration de Dominique Cambron-Goulet, Bureau d’enquête 

Exemples de disparités observées dans les résultats du vote  

SAINTE-FOY–SILLERY–CAP-ROUGE

District : Montcalm–Saint-Sacrement
Urne : 1066 (jour du vote)

Dans cette urne, 170 personnes ont déposé leur bulletin de vote pour le conseiller, mais seulement 160, pour le poste du maire, selon le fichier de la Ville. 

District : Pointe-de-Sainte-Foy
Urne : 3148 (jour du vote)

Le candidat de Démocratie Québec Pierre Martin est crédité de 10 voix, alors que son chef et candidat à la mairie, Jean Rousseau, n’en obtient aucune. Le décompte du nombre de voix donne 12 bulletins de plus pour la mairie par rapport au poste de conseiller. Des bulletins ont-ils été égarés ?

Jean Rousseau
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
Jean Rousseau


HAUTE-SAINT-CHARLES

District : Val-Bélair
Urne : 641 (vote par anticipation)

Pas moins de 31 personnes de plus ont voté à la mairie par rapport au poste de conseiller. Trois bulletins ont été rejetés à la mairie, contre 4 pour le conseiller.  


BEAUPORT

District : Chute-Montmorency–Seigneurial
Urne : 529 (vote par anticipation)

Le décompte donne 10 votes de plus pour le conseiller que pour le maire. Jean-François Gosselin récolte 28 voix de moins que son conseiller Stevens Mélançon. Aucun bulletin n’a été rejeté.

Stevens Mélançon
Photo d'archives
Stevens Mélançon

District : Sainte-Thérèse-de-Lisieux
Urne : 505 (vote par anticipation)

On enregistre 9 votes de plus à la mairie que pour le poste de conseiller.


LA CITÉ–LIMOILOU

District : Saint-Roch–Saint-Sauveur
Urne : 135 (vote par anticipation)

Le candidat à la mairie, Jean-François Gosselin, n’a obtenu aucun vote, alors que sa candidate Marie-Josée Proteau en a eu 16. Et à la fin du décompte, on chiffre les votes au poste de conseiller à 116, contre 98 votes pour le poste de maire. Des bulletins ont-ils été oubliés ? 

Jean-François Gosselin
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
Jean-François Gosselin

District : Saint-Roch–Saint-Sauveur
Urne : 138 (vote par anticipation)

Dans cette urne, 141 personnes ont voté pour des candidats et 151 pour un maire. Alors que seuls 4 votes ont été rejetés.


CHARLESBOURG

District : Louis-XIV
Urne : 4106 (jour du vote)

On compte 20 bulletins de moins pour le poste de conseiller que pour celui de maire : 120 enregistrés pour le maire et 100 pour le conseiller. Deux votes ont été rejetés. 

District : Les Monts
Urne : 4166 (jour du vote)

Une autre disparité d’une vingtaine de voix entre le vote pour le conseiller (89) et pour le maire (68). En parallèle, on note que c’est chez les électeurs de Québec 21 que l’écart est le plus grand entre le candidat Éric Ralph Mercier (38) et le candidat à la mairie, Jean-François Gosselin (26). En tout, 24 bulletins ont été rejetés à la mairie. 

Éric Ralph Mercier
Photo courtoisie
Éric Ralph Mercier

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.