/opinion/columnists
Navigation

La démocratie survivra-t-elle aux États-Unis?

US-STEVE-BANNON-INDICTED-FOR-CONTEMPT-OF-CONGRESS
Photo AFP L’ancien conseiller de l’administration Trump à la Maison-Blanche, Steve Bannon, quitte le tribunal après une comparution lundi à Washington, DC

Coup d'oeil sur cet article

Sous le coup de deux accusations criminelles pour avoir défié un comité du Congrès, Steve Bannon s’est montré d’une rare arrogance. Celui qui fut le stratège en chef et conseiller principal de Trump jure de renverser le « régime » Biden et affirme que les accusations portées contre lui seront un « enfer » pour Biden et les démocrates. 

Le comité de la Chambre, qui enquête sur l’insurrection du Capitole, veut que Bannon s’explique pour les propos incriminants qu’il a tenus la veille de l’assaut : « L’enfer va se déchaîner demain ». « Tant de gens ont dit “si j’étais dans une révolution, je serais à Washington”. Eh bien, c’est votre moment d’agir dans l’histoire. » « ... nous sommes sur le point d’attaquer demain... ».

Bannon est l’un des nombreux criminels dans l’orbite de Trump qu’il a graciés avant de quitter ses fonctions. Il était accusé d’avoir volé pour son usage personnel l’argent qu’il avait collecté pour construire le « mur du Mexique ».

Un autre proche de Trump, son chef de cabinet Mark Meadows, ne s’est pas présenté, lui non plus, devant le comité vendredi dernier. Il pourrait aussi faire face aux mêmes accusations. Bannon et Meadows sont des témoins clés, car ils étaient tous les deux en contact étroit avec Trump le 6 janvier.

Trump, de son côté, a intensifié ses batailles juridiques pour retenir des documents et des témoignages sur l’insurrection l’incriminant.

  • Écoutez Normand Lester au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Trump au pouvoir par la force si nécessaire

À l’instigation de Trump et d’autres co-conspirateurs, les insurgés du 6 janvier ont tenté de renverser la démocratie américaine dans ce qui fut la pire journée pour les États-Unis depuis le 11 septembre 2001.

De nombreux spécialistes estiment que les États-Unis vivent actuellement l’une des plus graves crises politiques de leur histoire, l’une des plus grandes menaces auxquelles la démocratie américaine ait jamais été confrontée. Du côté de la droite radicale, les appels à prendre les armes pour chasser Biden du pouvoir se multiplient même si sondages et analyses indiquent que les démocrates se dirigent vers des défaites aux élections mi-mandat de 2022 et aux présidentielles de 2024.

L’extrême droite trumpiste est déterminée à prendre tous les moyens pour reporter Trump et les républicains au pouvoir. Devant les républicains armés de fusils d’assaut AR-15, les démocrates brandissent le Code pénal et la Constitution.

La démocratie survivra-t-elle aux États-Unis ?

La démocratie américaine peut-elle encore être sauvée ? Ce n’est pas évident. Elle est en déclin depuis des décennies. Son système électoral dysfonctionnel a permis à Trump de s’emparer de la présidence en 2016.

Les républicains sont déjà disposés à rejeter toute élection où la victoire irait aux démocrates tant en 2022 qu’en 2024.

Si Trump reprend le pouvoir en 2024, il y a tout lieu de croire qu’il sera encore plus méprisant envers la loi et les institutions démocratiques, plus corrompu dans la poursuite de ses propres intérêts qu’il ne l’a été lors de son précédent mandat.