/news/coronavirus
Navigation

Atteint de maladies graves, il réclame la vaccination chez les soignants à domicile

Atteint de maladies graves, il réclame la vaccination chez les soignants à domicile
Photo Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Un Gaspésien ayant plusieurs problèmes de santé dénonce l’impossibilité de savoir si les soignants qui lui rendent visite à son domicile sont adéquatement vaccinés.

• À lire aussi: 720 nouveaux cas et deux décès de plus au Québec

• À lire aussi: Le vaccin de Pfizer pour enfants pourrait être autorisé dès vendredi

Cyrille Gibeault, un résident de Sainte-Anne-des-Monts, est hémodialysé, immunosupprimé, atteint de polyarthrite rhumatoïde et en attente d’une greffe de rein. Il a reçu trois doses de vaccin contre la COVID-19.

L’homme déplore qu’un passeport vaccinal soit obligatoire pour fréquenter des lieux publics, mais que ce ne soit pas le cas lorsqu’il s’agit d’approcher des personnes à haut risque comme lui. Il voudrait qu’une vaccination adéquate soit exigée du personnel de la santé.

«Au départ, j’étais content de savoir que c’était obligatoire. [Mais], qu’après, le gouvernement recule en le demandant partout ailleurs sauf eux, j’ai bien de la misère à comprendre ça», dit-il, craignant toujours d’attraper la maladie et d’en mourir.

«J’aurais aimé que le ministre garde sa position ferme ou [que les travailleurs de la santé soient] replacés ailleurs où ils n’ont pas de contacts avec des personnes», soutient le Gaspésien.

Questionné à ce sujet lors de son passage à Gaspé, lundi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a rappelé que cet enjeu a fait l’objet d’un débat lorsque le premier échéancier de la vaccination obligatoire a été reporté en octobre.

«J’aimerais rassurer les gens. On a demandé qu’au moins trois tests par semaine soient faits pour les gens qui ne sont pas vaccinés. Je ne l’ai pas fait de gaieté de cœur, mais depuis une semaine, on a mis sans solde 200 personnes à travers le réseau qui n’acceptent pas d’être dépistées. On va continuer à être rigoureux, car, pour moi, c’est la sécurité qui compte.»

Cyrille Gibeault a écrit au ministre. «Je vous tiens responsable ainsi que les CISSS et les ordres des employés se rattachant aux soins, de tous les inconvénients que vos prises de décision m’occasionnent et je vous recommande à ce que ceux-ci soient faits dans un environnement sécuritaire», dit M. Gibeault dans sa lettre.

En date de lundi, 29 travailleurs du CISSS de la Gaspésie n’étaient pas vaccinés et 30 ne l’étaient pas adéquatement. Trois d’entre eux sont toujours suspendus sans solde, étant donné qu’ils ont refusé de subir les tests de dépistage.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.