/lifestyle/books
Navigation

Gros plan sur le génome humain

Kathy Reichs
Photo courtoisie, Marie-Reine Mattera

Coup d'oeil sur cet article

À quinze années d’intervalle, la mer a rejeté des corps non identifiés et Tempe Brennan, héroïne de la série Bones, se demande s’ils ne sont pas liés à une nouvelle épidémie mortelle. Voici la prémisse effrayante de la nouvelle enquête de l’anthropologue judiciaire et écrivaine de best-sellers Kathy Reichs, qui en met plein la vue dans Les os du passé. Elle met l’accent sur les nouvelles découvertes scientifiques concernant le génome humain et les recherches qui sont menées en généalogie judiciaire.

Alors qu’elle est en route pour l’île de Palma, une île barrière située tout près de Charleston, en Caroline du Sud, Tempe Brennan reçoit un appel de la coroner de Charleston. Un conteneur de déchets biomédicaux s’est échoué sur la plage, à la suite d’une tempête qui vient de passer sur la côte. À l’intérieur se trouvent deux corps décomposés, enveloppés dans des bâches en plastique et ficelés avec du fil électrique.

Tempe entame l’enquête et constate qu’elle ressemble beaucoup à une autre affaire non résolue sur laquelle elle avait travaillé, au Québec, 15 années auparavant. Elle s’envole pour Montréal pour recueillir des preuves et convaincre son patron, Pierre LaManche, de rouvrir un vieux dossier.

Pendant ce temps, en Caroline du Sud, une autre tempête inquiète les habitants : la région de Charleston semble menacée par une bactérie qui peut manger la chair humaine. Les gens se soumettent par milliers à un test qui leur permettra d’identifier une mutation génétique rare qui peut les avoir rendus vulnérables.

Le génome humain

L’écrivaine a fait plusieurs recherches sur les plus récentes découvertes au sujet du génome humain pour écrire son livre, et discuté longuement avec un spécialiste en biologie moléculaire au sujet des façons possibles de modifier le génome humain. 

« Je suis toujours à la recherche des nouvelles découvertes scientifiques en anthropologie judiciaire et on vient tout juste de commencer à appliquer la généalogie aux recherches en anthropologie judiciaire. Je m’intéresse aussi aux nouvelles découvertes au sujet de l’ADN. On a maintenant toute la carte du génome humain et on a des outils pour la modifier, ce qui est extraordinaire. »

Elle s’est demandé, en faisant ses recherches, ce qui pouvait arriver si quelqu’un décidait de faire des manipulations génétiques à mauvais escient. 

« J’ai fait beaucoup de recherches au sujet du génome humain et de sa modification. »

Elle a travaillé pendant deux ans sur ce livre. « Quand j’ai commencé à l’écrire, il n’y avait pas de COVID-19. Mais à cette époque, un tueur en série qui sévissait dans les années 1970 a été finalement identifié grâce à la généalogie en anthropologie judiciaire. »

« Lorsque les gens vont sur les sites de recherche généalogique, ils obtiennent des résultats d’ADN et l’information au sujet de leur génome. Ils peuvent les publier dans une base de données où on peut rechercher de la parenté. »

« Les policiers ont fait des recherches dans cette base de données et ils ont trouvé un génome qui ressemblait aux traces que le tueur avait laissées, il y a 50 ans. Ils ont utilisé la généalogie jusqu’à retracer deux ou trois candidats potentiels. C’est ainsi qu’ils ont retrouvé cet homme — le Golden Gate Killer — après toutes ces années. »

Kathy Reichs rappelle que si une personne décide de publier ses informations d’ADN dans ces bases de données, la police peut y avoir accès. « Avant de partager des informations dans le domaine public, pensez-y. »

Des mots québécois

Par ailleurs, dans le roman, Temperance Brennan trouve du réconfort auprès d’Andrew Ryan, son chum de longue date. Et comme il est québécois, des expressions bien québécoises et même des sacres apparaissent dans le texte. « Mes amies de Montréal m’ont aidée à rendre cela correctement ! »

  • Kathy Reichs est anthropologue judiciaire.
  • Elle travaille fréquemment de concert avec le FBI et le Pentagone.
  • Les os du passé est son vingtième roman.
  • La série Bones adaptée de son œuvre est diffusée au Québec sur Série+.
  • En novembre 2019, elle est devenue membre honoraire de l’Ordre du Canada.

EXTRAIT

Kathy Reichs
Photo courtoisie

« – Bonjour, ma chère.

- Tu es toujours à Yellowknife ?

Après avoir pris sa retraite de la SQ, Ryan s’était lancé comme détective privé. En ce moment, il enquêtait sur une histoire de mine de diamants et de concessions, et l’une des parties était assez mécontente. Je n’ai pas posé de questions.

- Oui, m’dame. La température maximale du jour sera de -14°.

– Celsius.

- C’est frette en esti. J’ai entendu parler de petits coups de vent dans ton coin ?

- La carte est couverte de modélisations. Comme d’habitude. D’après l’une des simulations, Inara pourrait frapper les Carolines. D’après les autres, la tempête se dirigerait vers l’ouest. Vers Keokuk.

- C’est où ça ?

- Dans l’Iowa. »