/investigations/justice
Navigation

20 applications utilisées pour leurrer les jeunes à des fins sexuelles

Les proxénètes québécois tentent de recruter des victimes mineures grâce aux téléphones intelligents

Brick wall, background, neon light
Photos Adobe Stock Les applications pour téléphones intelligents sont maintenant l’outil de choix utilisé par les proxénètes pour recruter leurs victimes, selon la police.

Coup d'oeil sur cet article

Les enfants sont à un clic près de s’exposer aux prédateurs qui rôdent en ligne. Des spécialistes américains et canadiens ont identifié une série d’applications, toutes disponibles au Québec, qui facilitent le recrutement à des fins sexuelles. 

• À lire aussi: Prostitution: un site de rencontres d’ici utilisé par des proxénètes

• À lire aussi: Après 41 ans, le cabaret érotique Le Folichon change de vocation

Certaines sont des applications de rencontre très connues. D’autres permettent de communiquer en groupe, d’échanger des photos et vidéos et de se géolocaliser. Il y en a aussi qui ressemblent même à s’y méprendre à des applications inoffensives, mais permettent de cacher du contenu sexuellement explicite.

La liste a été compilée par le Children’s Advocacy Center, un organisme basé en Floride et composé de policiers, de procureurs et de travailleurs sociaux spécialisés dans la lutte contre le trafic humain.

« Les prédateurs sexuels se tiennent à l’affût des dernières tendances et se familiarisent rapidement avec la plateforme vedette du mois ainsi qu’avec le langage, le contenu et l’utilisation en général qu’en font les jeunes », affirme la porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Anik de Repentigny. 

Auparavant, les policiers traquaient les prédateurs qui recrutaient les ados dans les écoles, les bouches de métro, les parcs et autres endroits publics. L’utilisation des réseaux en ligne change la donne.

« Cela rend la détection et la prévention contre le leurre et le recrutement plus difficiles », explique une source policière.

Rencontres en personne  

Une fois que les jeunes ont été appâtés, les suspects les incitent ensuite à poursuivre les échanges sur Messenger (Facebook), une plateforme extrêmement populaire où la surveillance est déficiente, explique Me Mélanie Dufour, procureure de la Couronne spécialisée dans les dossiers de proxénétisme et d’exploitation sexuelle.

Le SPVM met en garde la population contre les prédateurs qui ciblent des sessions de clavardage où ils se font passer pour des mineurs.

Les criminels utilisent ensuite plusieurs stratégies pour attirer les jeunes hors de la maison ou de l’école, afin de les rencontrer en personne.

« C’est là que la prévention entre en ligne de compte, afin d’éviter qu’un jeune chat sur un site douteux, où des plus vieux se font passer pour des plus jeunes », a affirmé la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, au cours d’une entrevue qu’elle a accordée à J.E, dont des extraits seront diffusés aujourd’hui et demain sur les ondes de LCN. 

– Avec la collaboration de Denis Therriault


Snapchat  

La particularité ici est de permettre à l’utilisateur de faire disparaître le contenu qu’il a mis en ligne à l’intérieur de 24 heures. L’application permet la localisation des utilisateurs. Plus de 249 millions de personnes l’utilisent par mois.  


Chat & Date  

Anciennement connue sous HOT or NOT, cette application récupère les informations du compte Facebook de ses abonnés, ce qui facilite la localisation d’une personne. L’application fait la promotion de la possibilité de trouver des profils à deux pas de chez soi, ce qui peut permettre à un prédateur de localiser l’emplacement physique d’une victime potentielle. 


Tango  

Plus de 100 millions de personnes l’utilisent dans le monde. En plus de permettre aux utilisateurs de communiquer de différentes façons, l’application permet à une personne de localiser un jeune qui y est inscrit. 


Zoomerang  

Elle permet à l’utilisateur de créer de courtes vidéos et de les transférer sur divers réseaux sociaux. Le prédateur a la possibilité de suivre la localisation d’un jeune qui utilise l’application. 


Skout  

Les plus jeunes s’y inscrivent avec de faux profils et de fausses photos même si cette application est offerte aux plus de 18 ans. Les abonnés peuvent permettre à SKOUT de divulguer leur localisation précise, et une rencontre en dehors du monde virtuel est alors possible. 


Bumble  

Cette application de rencontre a la particularité de permettre uniquement aux femmes de faire la première approche. Des mineurs, surtout des jeunes filles, vont s’y inscrire avec de fausses identités et un âge erroné. 


Whisper  

On y encourage à partager des secrets avec des inconnus. Ceci pourrait amener un prédateur à établir un lien de confiance avec un jeune et profiter de sa vulnérabilité. Le site révèle la localisation des utilisateurs, ce qui facilite des rencontres en personne. Plus de 20 millions de personnes l’utilisent chaque mois. 


Holla  

Cette application encourage la communication avec des étrangers. Beaucoup de jeunes l’utilisent et on y retrouve du contenu sexuellement explicite, ce qui facilite le recrutement de la part de proxénètes. 


Grindr  

Cette application de rencontre destinée aux hommes gais ou bisexuels est prisée par les prédateurs qui visent ce type de victimes. 


Badoo  

Il s’agit d’une application de rencontre pour adultes, mais sur laquelle on retrouve plusieurs mineurs. Là encore, une fonction de géolocalisation facilite la vie des prédateurs. Elle compte près de 300 millions d’abonnés. 


Discord  

On y encourage toute personne à l’utiliser tout en invitant les jeunes d’âge scolaire et des jeunes qui jouent à des jeux vidéo en ligne. D’ailleurs, selon nos sources policières, les prédateurs ciblent les chat room en ligne où plusieurs personnes peuvent jouer au même jeu au même moment. 


Calculator%  

Cette application ressemble à s’y méprendre à une simple calculatrice. Mais le % dans son nom change tout : en réalité, elle permet aux jeunes de cacher des photos et des vidéos qu’ils désirent mettre à l’abri du regard parental. En accédant à l’application, le clavier de la calculatrice est utilisé afin de composer le mot de passe qui donne accès à la zone secrète. 


Kik  

Des enfants ont participé à des conversations de type « sexting », et ont aussi échangé des photos et des vidéos avec des adultes dont l’identité était inconnue. L’accès y est illimité et aucun contrôle n’est mis en place afin de prévenir l’utilisation par des enfants.  


Best Secret Folder  

Il s’agit d’une autre application qui permet aussi à ses jeunes utilisateurs de garder du contenu à l’abri d’une surveillance parentale. 


MeetMe  

Cette application permet aux personnes qui se retrouvent dans une zone géographique rapprochée de communiquer entre elles. Plus de 100 millions de personnes de tous âges l’utilisent. Des spécialistes policiers attribuent au nom de l’application une incitation aux rencontres en personne. 


TikTok  

1,1 milliard de personnes l’utilisent activement et l’application a été téléchargée 2,6 milliards de fois selon des données de décembre 2020. Les enfants peuvent y partager leurs vidéos et, sans le savoir, partager des informations sur leur vie et leur localisation. On peut y observer des images de nature sexuelle. 


LiveMe  

Nos sources policières rapportent que des adultes y ont demandé à des enfants de se déshabiller. Elle permet de communiquer de diverses façons, mais aussi à plusieurs personnes de jouer au même moment à un même jeu vidéo. Elle permet aussi à des observateurs de s’y joindre afin de regarder la partie entre les joueurs et leur offrir des cadeaux.  


WhatsApp  

Les communications écrites sont cryptées et donc confidentielles. L’application permet aussi des appels audio et vidéo et a été téléchargée par plus de 2 milliards de personnes dans le monde. La surveillance policière y est plus complexe, expliquent nos sources. 


Ask.fm  

Des comportements harcelants y ont été observés. Le site encourage les questions entre personnes qui ne se connaissent pas au lieu de favoriser la communication dans un cercle d’amis connus. 


Wickr  

Elle s’annonce comme une application qui permet des appels audio et vidéo totalement cryptés, ainsi que du partage crypté d’images. WICKR ne conserve aucune donnée de communication, ce qui rend la surveillance policière plus complexe. 

À voir aussi