/news/politics
Navigation

Anglade propose d'aider les aînés avec des allocations

Anglade propose d'aider les aînés avec des allocations
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, a proposé dimanche d’instaurer une allocation de plusieurs milliers de dollars pour accompagner les aînés qui veulent vieillir à la maison.

L’«Allocation aînés» permettrait aux aînés de faire face à l’augmentation du coût de la vie et d’adapter leur domicile pour y recevoir des soins.

Inspirée par l’Allocation famille, l'Allocation aînés serait directement versée aux aînés de façon trimestrielle ou mensuelle via Retraite Québec.

Cette aide supplémentaire serait d'un montant maximal de 2000$ par personne, variable en fonction du revenu.

Les personnes admissibles seraient celles qui résident en maison, en condo, en appartement ou en RPA et elles seraient libres d'utiliser les sommes comme elles le souhaitent.

  • Écoutez La Rencontre Proulx - Martineau au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

«Avec l'augmentation du coût de la vie, il faut être sensible à leur réalité et mieux les soutenir pour qu'ils puissent continuer de vivre dans leur maison. François Legault est obsédé par les maisons des aînés, mais oublie que la majorité des Québécois de 70 ans et plus vivent un réel stress financier», a indiqué la cheffe libérale.

«Il y a plus de 1 million d'aînés de 70 ans et plus au Québec, mais une minorité est hébergée dans des établissements de soins. Or, nous ne parlons que très rarement de la majorité d'aînés qui sont actifs et peinent à conserver leur maison ou encore à se payer les services dont ils ont besoin, comme des petits travaux de rénovation», a-t-elle ajouté.

Les crédits d'impôt existants ne sont pas suffisants pour supporter le soutien à domicile et sont souvent compliqués, a souligné le PLQ. Dominique Anglade a par ailleurs proposé de regrouper les crédits d'impôt existants et de les simplifier pour faciliter la tâche des aînés.

«Aujourd'hui, nous pensons à tous ces aînés qui souhaitent vieillir dans leur maison, dans leur quartier. Nous voulons leur donner un coup de pouce de plus afin d'améliorer leur quotidien et leur qualité de vie. Après tout, la vraie maison des aînés, c'est chez soi», a souligné Monique Sauvé, porte-parole de l'opposition officielle pour les aînés et les proches aidants.