/sports/hockey
Navigation

Bruno Marchand prêt à «faciliter» le retour des Nordiques, mais n’investira pas

Bruno Marchand prêt à «faciliter» le retour des Nordiques, mais n’investira pas
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Marchand est bien d’accord pour agir comme facilitateur dans le dossier du retour des Nordiques, mais n’a pas l’intention de dépenser des fonds publics dans l’entreprise.

• À lire aussi: Le tramway peut exister indépendamment du troisième lien, selon Bruno Marchand

• À lire aussi: Retour des Nordiques: Legault confond passions personnelles et intérêt national, selon GND

«On sera facilitateurs s’il le faut.» Bruno Marchand savait, vendredi, quand il a rencontré le premier ministre François Legault, qu’il serait question des Nordiques. La veille, le PM s’était positionné comme celui qui veut ramener la franchise en ville. M. Legault s’est effectivement avancé jusqu’à dire qu’il avait parlé au commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH), Gary Bettman, et qu’il avait chargé son ministre des Finances, Eric Girard, de mener le dossier. 

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Bruno Marchand considère qu’il s’agit d’un dossier pour lequel le maire de Québec «a un rôle très limité», il n’hésitera pas à se présenter comme un collaborateur, notamment en réunissant des hommes d’affaires intéressés par le projet. 

Mais il n’engagera pas des fonds de la Ville pour réaliser le projet. «Il n’y a rien de prévu au budget. [...] Présentement, la Ville n’a pas de sous à mettre dans ce projet-là», a tranché le maire, quelques minutes avant de participer à sa toute première séance du conseil municipal. 

«Si des investisseurs privés veulent ramener un club et sont capables d’avoir les capitaux nécessaires pour ramener un club, s’il y a une conjoncture dans la Ligue nationale qui le permet, nous autres, on va être favorables. Il y a un amphithéâtre qui est là et qui attend.» 

Il soumet qu’il serait plus intéressant, financièrement, pour la Ville, que les Nordiques reviennent. «Tout le monde est gagnant.» Lui-même n’entend pas faire de démarche pour joindre les bonzes de la LNH. «Je n’ai pas le cellulaire de Gary Bettman encore et je ne sais pas s’il répondrait», a-t-il blagué.

Pas dans les priorités

Le chef de l’opposition, Claude Villeneuve, s’est dit d’accord avec le rôle de facilitateur qui revient au maire. Mais il estime que le retour des Nordiques ne figure pas dans la liste de priorités des citoyens. 

«Moi, je sors de 50 jours de porte-à-porte et il n’y a pas une seule porte où on m’a parlé du retour des Nordiques. Je pense que les gens de Québec seraient contents que les Nordiques reviennent, mais je n’ai pas l’impression que c’est de l’ordre de leurs priorités présentement.»

Il a souligné que la LNH a souvent émis, comme condition pour le retour d’une équipe, le maintien d’une certaine discrétion. «Monsieur Legault a voulu s’avancer sur ce terrain-là, c’est très bien, je suis content, je pense que ça va faire plaisir à beaucoup de gens de Québec, mais, de mon côté, je préfère demeurer discret sur ces questions-là. » 

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée

À VOIR AUSSI