/lifestyle/columnists
Navigation

Comment emmener mon homme à apprécier la vie en société?

Coup d'oeil sur cet article

Je fréquente un homme rencontré l’été dernier via une amie. Au fil d’une semaine à se côtoyer chez elle ou au restaurant, on s’est rendu compte qu’on avait plusieurs points communs. De retour en ville, on s’est revu. Mais les choses se sont passées lentement, à son rythme à lui, celui d’un homme pas pressé que les choses aboutissent.

Comme je suis veuve et que je dispose d’une grande maison, j’ai fini par lui demander de venir vivre avec moi deux à trois jours par semaine, et ce solitaire de tempérament a fini par accepter. Quand on est ensemble ça se passe bien, mais il ne me propose jamais d’aller chez lui, ni qu’on s’installe définitivement ensemble, ce qui ferait bien mon affaire personnellement. J’en ai marre d’être souvent seule le soir devant ma télé et de sortir seule quand mes amies m’invitent, car il décline toute invitation.

Monsieur dit qu’il m’aime moi, mais qu’il n’a pas du tout envie de mêler qui que ce soit d’autre à notre vie. Selon les dires de mon amie, il a toujours été ainsi, très secret sur sa vie privée. Je ne m’ennuie jamais avec lui, car c’est un érudit qui a des tonnes de connaissances en art et en littérature, mais qui n’est pas très porté sur les humains qui l’entourent.

Auriez-vous des trucs à me suggérer pour lui donner le goût de fréquenter mes amis avec moi ? Comment pourrais-je procéder pour rendre excitante à ses yeux, l’idée de déménager chez moi sans qu’il se sente à l’étroit au bout de deux à trois jours ? Ce qui est, jusqu’à ce jour, le maximum de temps qu’il a passé seul avec moi avant de retourner chez lui pour le reste de la semaine.

On n’est plus jeune lui comme moi, et le peu de temps qu’il nous reste étant compté, j’aimerais mieux le passer en agréable compagnie plutôt qu’à attendre le bon vouloir d’un vieux garçon qui préfère ses pantoufles, son coin du feu et son livre, à tout autre humain, aussi charmant soit-il.

Le temps passe si vite

Je pense que vous vous attaquez à une montagne infranchissable en espérant faire de ce monsieur un être sociable, lui qui ne l’a jamais été de toute son existence. Autant les années ont ancré en vous l’amour de la compagnie, autant dans son cas, la vie semble avoir fait l’inverse. 

Soit, vous vous contentez de ce qu’il peut vous offrir, en espérant, pas trop quand même, qu’avec les temps les choses s’améliorent un peu. Soit, vous mettez un terme à une relation parce que vous tenez plus à voir vos amis qu’à vous contenter de ce que ce monsieur peut vous offrir.