/news/education
Navigation

Embauche de 200 bibliothécaires scolaires de plus: les bibliothécaires se réjouissent

biblio
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les bibliothécaires scolaires se réjouissent de l'annonce du gouvernement du Québec d'en embaucher 200 de plus dans le réseau. 

«Cette annonce fait du bien. Donner accès à la lecture et à la culture aux enfants, c’est vraiment extraordinaire», s’exclame Lourdine Altidor Marsan, présidente de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec.

Actuellement, seulement 148 bibliothécaires travaillent au sein du réseau scolaire québécois. Avec l’annonce faite lundi par Québec d’en embaucher 200, leur nombre pourrait plus que doubler. 

Selon les dernières données compilées par la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ), 18 des 72 centres de services scolaires de la province n’ont pas de bibliothécaire. Le Saguenay—Lac-Saint-Jean, par exemple, n’en compte aucune dans ses trois centres.

L’Association pour la promotion des services documentaires scolaires, qui revendiquait cette augmentation des effectifs depuis plusieurs années déjà, affirme qu’il s’agit d’une excellente nouvelle. 

«On a senti beaucoup d’ouverture de la part [du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge] pour le développement des bibliothèques scolaires du Québec», ajoute sa présidente, Ariane Régnier.

Ariane Régnier, bibliothécaire scolaire et présidente de l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires.
Photo courtoisie
Ariane Régnier, bibliothécaire scolaire et présidente de l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires.

Opération recrutement

Les bibliothécaires interrogées par Le Journal ont bon espoir de voir arriver de nouveaux collègues prochainement, malgré la pénurie de main-d’œuvre qui frappe le Québec. 

«Environ le quart des étudiants [à la maîtrise en sciences de l'information à l’Université de Montréal, la seule formation reconnue en français au Québec] souhaitaient venir travailler dans le milieu scolaire, se réjouit Ariane Régnier. Aussi, beaucoup de stagiaires qui n’ont pas eu de postes souhaitent revenir.»

Le président de la FPPE-CSQ, Jacques Landry, n’est pas aussi optimiste. Il précise que d’autres annonces ont déjà été faites par Québec dans le passé, sans grand succès.

« [À l’époque], il n’y a pas eu d’embauches dans [certains] centres de services scolaires. Ce sont des incitatifs, mais il n’y a pas d’obligation pour les centres», affirme-t-il.

Il indique également que les conditions de travail dans le secteur scolaire sont moins intéressantes qu’ailleurs. 

«Ça prend une maîtrise pour être bibliothécaire, mais le salaire tourne aux alentours de 70 000 dollars par année. Si on travaille dans le municipal ou au gouvernement du Québec, on a une meilleure rémunération», dit M. Landry.