/news/coronavirus
Navigation

Trois semaines pour vacciner un maximum d’enfants âgés de 5 à 11 ans

L’opération débutera dès demain soir dans les centres de vaccination, et à compter du 29 novembre dans les écoles

Coup d'oeil sur cet article

Craignant de mettre trop de pression sur les parents et leurs enfants, François Legault ne vise plus la cible de 80 % de couverture vaccinale chez les 5 à 11 ans pour lever la plupart des mesures sanitaires au début 2022.

• À lire aussi: Rapport de la protectrice: rien n’avait été fait pour préparer les CHSLD

• À lire aussi: COVID-19: 699 nouveaux cas et 5 décès au Québec

La semaine dernière, le premier ministre a laissé entendre que la « grande majorité » des mesures seraient levées si 80 % des 650 000 enfants de 5 à 11 ans sont vaccinés.

« Je n’aurais peut-être pas dû dire ça », a regretté le premier ministre. Il s’attend en réalité à un taux de vaccination « moins élevé » chez les enfants de cette catégorie d’âge, qui commenceront à être vaccinés mercredi soir.

M. Legault veut surtout éviter que des enfants non vaccinés soient stigmatisés à l’école. Et peu importe le pourcentage qui sera atteint, « ça va aider », a-t-il résumé.

  • Écoutez la Dre Caroline Quach, pédiatre et microbiologiste-infectiologue, sur QUB radio: 

Trois semaines

Le gouvernement Legault se donne néanmoins trois semaines pour en vacciner le plus possible. Mardi après-midi, déjà 80 000 rendez-vous avaient été pris en ligne via la plateforme Clic Santé.

Si l’opération se déroule bien, le premier ministre a bon espoir de pouvoir annoncer de nouveaux assouplissements à temps pour les Fêtes.

Le succès de la vaccination chez les enfants de 5 à 11 ans influencera vraisemblablement les recommandations de la Santé publique à venir.

« On ne veut pas faire comme l’année passée et puis être obligé de reculer, donc on va se donner encore un petit peu de temps », a indiqué sur ce point le premier ministre.

L’urgence sanitaire jusqu’en février

Il faudra par ailleurs attendre que les enfants aient pu recevoir une deuxième dose avant de lever l’urgence sanitaire, a prévenu le chef caquiste. C’est-à-dire vers la mi-février, étant donné que l’intervalle recommandé par le Comité sur l’immunisation du Québec est d’au moins huit semaines pour les enfants.

M. Legault a notamment fait valoir qu’une fois les jeunes vaccinés, les grands-parents pourront enfin prendre leurs petits-enfants dans leurs bras sans crainte de transmission du virus.

Mais tout reposera sur la volonté des parents, puisqu’« aucun enfant » ne sera vacciné sans autorisation parentale, a assuré M. Legault.

Le premier ministre en a profité pour exclure définitivement la possibilité d’imposer le passeport vaccinal pour les enfants, par exemple dans les restaurants.

Avec un des taux de vaccination les plus élevés au monde, les Québécois peuvent demeurer « relativement confiants » pour la suite des choses, considère François Legault.

Mais seulement s’ils continuent à respecter les consignes sanitaires. Il appelle donc à la prudence lors des « partys » à venir d’ici Noël.

Malgré la flambée de cas observée en Europe, la situation étant maîtrisée dans les hôpitaux québécois, M. Legault écarte pour l’instant d’offrir une troisième dose aux moins de 70 ans.

Les aînés de 70 ans et plus et tous ceux qui ont reçu deux doses d’AstraZeneca peuvent déjà prévoir une dose de rappel, six mois après la deuxième.

CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LA VACCINATION DES ENFANTS  

  • Prise de rendez-vous possible dès maintenant dans les centres de vaccination de masse, en ligne sur Clic Santé 
  • Premières plages offertes dès 16 h mercredi 
  • Cliniques mobiles dans certaines écoles à compter de lundi prochain 
  • La vaccination ne sera pas offerte dans toutes les écoles primaires, certaines opteront pour un transport vers les centres de vaccination 
  • Nombre d’enfants âgés de 5 à 11 ans : 650 000  

CE QU’ILS ONT DIT 

« Plus il y aura d’enfants de vaccinés, moins il y aura de chances d’avoir des éclosions et des fermetures de classe, et donc des enfants qui vont perdre des journées d’école. »

« On va vacciner les enfants d’abord et on va lever l’urgence sanitaire ensuite. »

— François Legault, premier ministre


« On ne veut pas mettre trop de pression sur les parents ou sur les enfants. [...] Étant donné la situation qu’on connaît, de se fixer un pourcentage, je pense qu’on ne se rendrait pas service. »

— Christian Dubé, ministre de la Santé


« C’est un vaccin qui n’est pas plus dangereux ou non sécuritaire que tous les autres vaccins qu’on donne chez les enfants. [...] C’est un beau cadeau qu’on peut leur donner. »

— Horacio Arruda, directeur national de santé publique

À voir aussi          

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres