/finance
Navigation

Peu de jeunes Québécois planifient leur avenir financier

Business Consulting meeting working and brainstorming new business project finance investment concept.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Près de 68 % des Québécois estiment ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour planifier correctement leur avenir financier, et ce pourcentage monte à 74 % chez les moins de 35 ans.

C’est ce que révèle un sondage de l’Institut québécois de la planification financière (IQPF) dévoilé mardi.

Les résultats indiquent que près de 40 % des Québécois n’ont pas de plan en ce qui concerne leur avenir financier, et ce chiffre atteint 48 % pour les moins de 35 ans.

«Or, les études démontrent que les 10 premières années d’épargne, celles au début de la vie active sont cruciales, car elles représentent, à terme, près de 50 % des économies pour la retraite», a précisé l’IQPF.

Le coup de sonde révèle également que 30 % des Québécois prévoient de quitter le marché du travail plus tôt en prenant une semi-retraite. Les plus nombreux à prévoir prendre une semi-retraite sont les 18 à 24 ans (46 %).

«Le manque de connaissance en gestion des finances personnelles est une source d’inquiétude pour les Québécois. Afin d’y remédier, 67 % d’entre eux consultent leurs proches qui n’ont pas nécessairement de formation ou d’expertise en finances personnelles», a précisé Chantal Lamoureux, présidente-directrice générale de l’IQPF.

Aussi, 61 % des Québécois n’ont jamais eu recours aux services d’un planificateur financier. Chez les moins de 35 ans, ce chiffre monte à 80 %. Selon le sondage, ils attendent une entrée d’argent importante (64 %), l’approche de la retraite (38 %) ou un problème financier important (31 %) pour le faire.