/finance/business
Navigation

SAQ: les travailleurs syndiqués des entrepôts suspendent leur grève

SAQ: les travailleurs syndiqués des entrepôts suspendent leur grève
Photo d'archives Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Les quelque 800 employés syndiqués qui œuvrent dans les entrepôts de la SAQ ont annoncé, mardi soir, la suspension de leur grève et leur retour au travail jusqu’à lundi prochain.

• À lire aussi: Grève à la SAQ: moins de produits et maux de tête pour les restaurateurs

• À lire aussi: Grève à la SAQ: un autre coup pour les restaurateurs et les importateurs

• À lire aussi: Conflit à la SAQ: des distilleries québécoises touchées

Le Syndicat canadien de la fonction publique a expliqué vouloir ainsi donner une chance aux pourparlers à la table de négociation.

«Nous ne voulons pas prendre les clients de la SAQ en otage et puisque nous voyons finalement des avancées à la table de négociation, nous acceptons de suspendre la grève pour quelques jours afin de donner une dernière chance aux pourparlers», a exprimé le conseiller syndical Michel Gratton par communiqué.

En échange de cette trêve, la SAQ s’est engagée à fournir au syndicat les emplacements de tous ses entrepôts, de façon à éviter que des travailleurs de remplacement soient appelés à remplacer les syndiqués.

La grève des employés d’entrepôt, entamée lundi, commençait déjà à avoir des effets au Québec, alors que le ravitaillement en bouteilles des succursales de la SAQ, mais aussi dans les restaurants, les bars, les épiceries et les dépanneurs, était interrompu. Déjà, des files d'attente ont pu être observées devant des succursales mardi, tandis que certaines tablettes étaient dégarnies.

La société d’État a d’ailleurs averti que des pénuries de produits risquaient de survenir, une situation peu enviable à l’approche de la période des Fêtes.

Les employés des entrepôts réclament de meilleurs salaires, eux qui jugent être moins bien payés que leurs collègues qui travaillent dans les succursales de la SAQ.

«Les salaires de nos membres ne sont plus compétitifs et ces derniers doivent faire trop d'heures supplémentaires en raison de la pénurie de main-d'œuvre. Cette pénurie entraîne des problèmes de santé et de sécurité au travail», a affirmé Michel Gratton.

Les travailleurs seront de retour dans les entrepôts dès mercredi matin, mais débrayeront à nouveau à partir de lundi prochain si aucun progrès significatif n’est fait dans les négociations.

Les employés des entrepôts avaient aussi débrayé lors d’une grève-surprise d’un jour la semaine dernière, perturbant déjà la logistique de la distribution des bouteilles.

À voir aussi