/opinion/columnists
Navigation

Tant qu'à dégenrer, dégenrons!

Sexe
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La mode, ces temps-ci, est au « dégenrage ».

Il n’y aurait plus d’hommes ou de femmes, seulement des individus « fluides », qui changeraient leur apparence physique au gré de leurs humeurs.

Tu te lèves le matin, tu fouilles dans tes bacs à costumes, à maquillage et à parties anatomiques, et tu te « bagosses » une personnalité selon ton état d’esprit du jour.

Tu n’es pas une femme. Tu es « un individu barbu avec une vulve ».

PLUS D’HOMMES NI DE FEMMES

Si c’est le cas, pourquoi continue-t-on d’avoir un Conseil du statut de la femme et une Fédération des femmes du Québec, alors ?

Démantelez-moi ça tout de suite !

Et pourquoi imposer des quotas de femmes un peu partout ?

Il n’y a plus d’hommes ou de femmes, que des individus !

  • Écoutez l'éditorial de Richard Martineau sur QUB radio:

Les Brit Awards, qui récompensent les artisans de la musique en Grande-Bretagne, ont annoncé hier qu’il n’y aurait plus de « catégories genrées », comme Meilleur chanteur ou Meilleure chanteuse.

C’était, paraît-il, discriminatoire pour les artistes non binaires.

Tout le monde va compétitionner contre tout le monde.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Question quiz : pourquoi ne pas avoir ajouté la catégorie « Meilleur(e) artiste non binaire », plutôt que d’effacer les catégories « Homme » et « Femme » ?

Parce qu’il y a une petite poignée d’artistes qui se disent « non binaires », soudain, il n’y a plus d’homme et de femme ?

C’est la marge de la marge qui dicte la marche à suivre à la vaste majorité ?

Le plus drôle est que l’on va continuer d’avoir des catégories basées sur les genres musicaux.

Or, s’il y a une chose qui est fluide et qui ne connaît aucune frontière depuis des années, c’est bien la musique !

On a maintenant du country punk, du jazz pop, du folk ambiant, du reggae métal, etc. Les sonorités se mêlent, se mixent.

Or, cette fluidité culturelle ne sera pas reconnue par les Brit Awards !

Il n’y a plus d’hommes ou de femmes, mais il y a de la pop, du rap et du rock ! Plus de frontière entre les sexes, mais plein de petites frontières entre les styles musicaux !

Comprenne qui pourra...

Et pourquoi les « Brit » Awards ? Ne sommes-nous pas tous des citoyens du monde ?

Les frontières ne sont-elles pas uniquement des lignes tracées dans le sable ? 

LES ANGES

Bientôt, au Québec, des individus nés avec un pénis pourront se dire « femmes » sans changer d’apparence ni suivre un traitement hormonal.

Pourquoi persister à maintenir des catégories sexuées dans le sport, alors, si être femme ou homme n’a plus rien à voir avec l’anatomie ou la biologie ?

Pourquoi persister à recueillir des statistiques basées sur le sexe ? Peut-on parler de disparité salariale entre les sexes s’il n’y a plus qu’un grand sexe qui les comprend tous ?

Et pourquoi continuer d’accoler un genre aux objets ? La table, le bureau ? La chaise, le banc ?

Inspirons-nous du fameux « iel » et disons « el » chaise, « el » banc !

Tant qu’à dégenrer, dégenrons, les amis !

Et après, on s’en prendra au concept de race !

Qui est vraiment noir, qui est vraiment blanc dans un monde de plus en plus mixte ?

On sera tous des patentes ! Sans racines ni sexe... 

Des anges !

  • Écoutez Richard Martineau et Mathieu Bock-Côté sur QUB radio: