/opinion/faitesladifference
Navigation

Comité hockey: où sont les minorités visibles?

Coup d'oeil sur cet article

Monsieur le Premier Ministre,

Je souhaite vous faire part de mes commentaires à la suite de l’annonce du comité que vous avez créé afin de relancer le développement du hockey québécois.

Je comprends l’importance pour les différents partis politiques de trouver des façons de s’attirer la sympathie du public. Et quoi de mieux, pour y arriver, que de faire référence à notre sport national, le hockey ?

Mais en voulant vous impliquer dans le hockey, avez-vous pensé à tous les autres sports qui ont eux aussi besoin d’une relance ?

Beaucoup de sports au Québec ont besoin de structure et de fonds afin de donner une chance à nos jeunes de non seulement pouvoir les pratiquer, mais aussi d’aider les parents qui n’ont simplement pas les moyens d’y inscrire leurs enfants.

Je comprends que vous avez pris une décision stratégique, en mettant l’accent sur le hockey, mais c’est une erreur, selon moi.

Améliorer la structure

Il faut néanmoins reconnaître qu’il y a beaucoup de problèmes à affronter pour relancer le hockey au Québec.

Le manque de connaissance de certains entraîneurs, les parents qui crient dans les gradins, le manque d’arbitres en raison de l’intimidation qu’ils doivent subir, les enfants qui se désintéressent de plus en plus de ce sport et qui en viennent à en pratiquer d’autres...

Je pourrais continuer pendant longtemps à énumérer d’autres éléments problématiques, mais je vais me concentrer sur les deux plus importants.

D’abord, le hockey est un sport qui coûte cher. Les équipements coûtent de plus en plus cher, et avec la pandémie, cela n’aide pas la situation de plusieurs qui n’ont tout simplement pas les moyens de le pratiquer. Ensuite, les jeunes des minorités visibles s’intéressent peu ou pas au hockey.

Des solutions pour les attirer

C’est sur ce dernier point que je souhaite mettre le plus d’insistance. Je fais partie d’un comité au sein de la LNH, dont l’objectif est de trouver des solutions afin que, justement, les minorités s’intéressent au hockey.

Au Québec, nous avons beaucoup de jeunes issus des minorités visibles, et pour relancer le développement du hockey québécois, nous avons besoin d’eux.

Pour capter l’intérêt de ces jeunes, nous devons aller vers les différentes communautés, rencontrer les parents, les écouter nous parler de leur réalité et nous expliquer comment le racisme les affecte, avoir des communications avec eux afin de leur faire réaliser que ce sport sera bénéfique pour leurs enfants.

Malheureusement, lorsque je regarde les membres du groupe que vous avez choisis, pour la relance du hockey au Québec, c’est là que je constate un énorme pépin !

Bien que j’applaudisse au fait qu’une représentation féminine en fasse partie – ce qui est excellent pour la relance du hockey féminin – il n’y a aucune représentation des minorités visibles ! Comment pensez-vous améliorer la relance du hockey, sans cela ?

Comment voulez-vous que des parents des communautés culturelles soient à l’aise de s’exprimer avec des gens qui ne comprendront pas nécessairement leur message ? En adoptant des pratiques plus inclusives, on aurait pourtant toutes les chances de favoriser leur adhésion au hockey québécois.

Il faut corriger le tir

Le Québec est une société multiculturelle. Ainsi, lorsque vous avez créé ce comité pour la relance du hockey, vous auriez dû vous assurer qu’il représente TOUS nos jeunes.

L’ex-joueur de la LNH Joé Juneau, par exemple, aurait été un ajout important au sein de ce groupe. Il s’implique depuis plusieurs années déjà dans le Nord pour offrir des programmes de hockey aux Premières Nations.

Bref, une chose est sûre, le comité que vous avez créé va sans doute favoriser la relance du hockey, mais ce n’est pas en l’espace de quelques mois qu’il provoquera les changements que vous souhaitez.

Maintenant, la balle est dans votre camp. Vous pouvez toujours corriger le tir ! Merci de considérer ces points. 

Georges Laraque

Conférencier

Ex-joueur de hockey de la LNH et ex-joueur des Canadiens de Montréal

Ex-chef adjoint du Parti vert du Canada

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?