/news/transports
Navigation

Des brise-vents réduisent la neige sur les routes de la Côte-Nord

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) installera de nouveaux brise-vents le long de la route 138 à Sept-Îles et à Rivière-Saint-Jean au cours des prochaines semaines.

Le MTQ utilise le terme «méga-palettes» pour désigner les nouveaux types de brise-vents qui font désormais partie intégrante du paysage nord-côtier.

Ces structures de bois, qui ont commencé à être utilisées sur le réseau routier québécois en 2017, atténuent la formation de lames de neige lors des tempêtes. Jusqu'ici, les résultats sont probants.

Ces structures semi-poreuses d’une hauteur de 2,5 mètres ou 3,5 mètres sont installées à quelques dizaines de mètres de la route, là où les épisodes de poudrerie sont fréquents.

Moins de neige sur la route

«Dans les espaces où il y a beaucoup de vent et dont les corridors de vents sont orientés vers la chaussée, ça fait un peu un effet de culbute. La neige culbute et se retrouve sur la chaussée. Ça provoque des lames de neige peu visibles à certaines périodes du jour, ça peut provoquer des accidents. Les barrières anti-neige, les brise-vents, permettent de réduire l’accumulation de neige sur la chaussée», indique la conseillère en communication au MTQ, Sarah Gaudreault.

Il y a 4 ans, le MTQ a commencé à intégrer les nouveaux types de brise-vents en bois en commençant dans la région de Chaudière-Appalaches, puis dans le Bas-Saint-Laurent. En 2019, ces structures ont commencé à apparaître sur la Côte-Nord à Sept-Îles, Les Bergeronnes, Havre-Saint-Pierre et Rivière-au-Tonnerre.

Quatre kilomètres

Après l’ajout d’autres structures en décembre à Sept-Îles et Rivière-Saint-Jean, c’est un total de quatre kilomètres de route qui seront protégés par ces brise-vents. S’il faudra vérifier leur efficacité au cours des prochaines années, les premières observations sont encourageantes.

«Malgré le fait que c’est des hivers peu neigeux, on a quand même observé une amélioration notable des quantités de neige qui ne se retrouvaient pas sur la route», indique Sarah Gaudreault.

Les équipes du MTQ ont aussi remarqué une amélioration de la visibilité sur la route lors des épisodes de grands vents.