/news/provincial
Navigation

Des élus de l’opposition à la tête de cinq des six arrondissements à Québec

La conseillère Anne Corriveau, élue sous la bannière d'Équipe Savard
Photo DIDIER DEBUSSCHERE La conseillère Anne Corriveau, élue sous la bannière d'Équipe Savard

Coup d'oeil sur cet article

Des élus de l’opposition ont été nommés à la présidence de cinq arrondissements sur six à la Ville de Québec.

• À lire aussi: Dépenses d’agglomération: Marchand espère «une entente rapide» avec ses homologues des villes défusionnées

• À lire aussi: Ville de Québec: 2,26 M$ en allocations de départ pour les élus sortants

Pas moins de trois conseillers élus sous la bannière d’Équipe Marie-Josée Savard ont été désignés par leurs pairs, mardi et mercredi, à la tête d’autant de conseils d’arrondissement. Il s’agit de Anne Corriveau (Sainte-Foy–Sillery-Cap-Rouge), de Alicia Despins (Les Rivières) et de Claude Lavoie (Charlesbourg).  

Québec 21 fait aussi bonne figure, puisque deux élus (sur quatre) de cette formation politique ont également accédé à la présidence d’un arrondissement. Stevens Mélançon, qui occupait déjà ce rôle à Beauport depuis quatre ans, a été reconduit dans ses fonctions. Bianca Dussault présidera quant à elle l’arrondissement de La Haute-Saint-Charles.  

Enfin, une seule représentante de Québec Forte et Fière – le parti du nouveau maire Bruno Marchand – accède à la présidence d’un arrondissement, celui de La Cité-Limoilou. Il s’agit de Catherine Vallières-Roland du district de Montcalm-Saint-Sacrement. Cette dernière siège également au comité exécutif de la Ville de Québec.  

Quatre femmes et deux hommes

Cela signifie que quatre femmes occuperont désormais ces postes stratégiques dans les arrondissements, au cours des prochaines années, alors qu’il y en avait deux sous la précédente administration Labeaume.  

Outre Stevens Mélançon, qui occupait déjà ce poste, les nouveaux présidents succèdent à Geneviève Hamelin (La Cité-Limoilou), à Rémy Normand (Sainte-Foy–Sillery-Cap-Rouge), à Dominique Tanguay (Les Rivières), à Raymond Dion (La Haute-Saint-Charles) et à Patrick Voyer (Charlesbourg), qui avait pris le relais de Vincent Dufresne à la suite de sa démission.  

Les choix des présidentes et présidents découlent de discussions au préalable entre les principaux partis. S’il y avait eu mésentente, c’est le conseil municipal qui aurait été appelé à trancher.  

À voir aussi