/world/middleeast
Navigation

Doha: les talibans espèrent ouvrir un « nouveau chapitre » avec Washington

Doha: les talibans espèrent ouvrir un « nouveau chapitre » avec Washington
AFP

Coup d'oeil sur cet article

KABOUL | Les talibans ont déclaré mercredi souhaiter ouvrir « un nouveau chapitre » dans leurs relations avec les États-Unis lors des négociations qui doivent reprendre la semaine prochaine au Qatar. 

• À lire aussi: Joe Biden a invité quelque 110 pays à son sommet virtuel pour la démocratie

• À lire aussi: En Afghanistan, la justice des talibans toujours dans le flou

« Les discussions vont aborder l'ouverture d'un nouveau chapitre dans les relations politiques entre les deux pays, la résolution des problèmes économiques, et le respect des termes de l'accord de Doha », signé en 2020, ont annoncé les islamistes sur leur compte Twitter officiel en arabe. 

Une première session de négociations entre Washington et les talibans avait eu lieu les 9 et 10 octobre, déjà à Doha, où se sont relocalisés des diplomates américains chargés de l'Afghanistan après leur retrait du pays fin août dernier. 

Mardi, le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price a confirmé le retour du représentant spécial pour l'Afghanistan Tom West à Doha « pour deux semaines de rencontres avec les talibans ».

Parmi les sujets abordés figurent « le contre-terrorisme », « l'aide humanitaire et la situation économique du pays » et le départ « en toute sécurité » d'Afghans et Américains qui ont travaillé pour Washington au cours des vingt dernières années, selon M. Price.

La semaine dernière, l'émissaire américain avait redit que les talibans devaient respecter certaines conditions pour recevoir le soutien financier et diplomatique américain: lutter contre le terrorisme, mettre en place un gouvernement « inclusif », respecter les « droits des minorités, des femmes et des filles », et donner un « accès égalitaire à l'éducation et à l'emploi ».

Le gouvernement taliban, qu'aucun pays n'a officiellement reconnu jusqu'ici, ne cesse de son côté de réclamer aux Américains la fin du gel des réserves de la Banque centrale afghane qu'ils ont décidé à la suite du retour au pouvoir des talibans.

M. Muttaqi doit se rendre à Doha du 27 au 29 novembre et y rencontrer notamment les émissaires de Washington et de l'Union Européenne, a précisé mercredi sur Twitter son porte-parole, Abdul Qahar Balkhi. 

Depuis la prise du pouvoir par les talibans, l'économie afghane, déjà précaire, s'effondre. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont suspendu leurs aides.

Les agences de l'ONU ont averti que 23 millions d'Afghans, soit plus de la moitié de la population du pays, serait cet hiver menacés par la famine, sous les effets combinés de la sécheresse causée par le réchauffement climatique et de la paralysie économique.