/finance
Navigation

Retour des Nordiques: le Fonds de solidarité FTQ lève la main

Marc Crawford; Jacques Martin
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Fonds de solidarité FTQ, actionnaire minoritaire du Canadien de Montréal, est ouvert à regarder toutes demandes d’investissement qui permettrait le retour des Nordiques.

• À lire aussi: Le ministre des Nordiques au travail depuis l’été

• À lire aussi: Bruno Marchand prêt à «faciliter» le retour des Nordiques, mais n’investira pas

• À lire aussi: Legault évoque à nouveau le retour des Nordiques

« C’est certain qu’on va regarder ça dans une optique de développement économique pour la région de Québec. Aussi, il va falloir regarder pour le rendement pour nos actionnaires. C’est pourquoi il va falloir un plan d’affaires viable », a indiqué au Journal le porte-parole, Patrick McQuilken.

Le Fonds de solidarité FTQ mentionne n’avoir encore reçu aucune demande officielle pour participer à un montage financier visant le retour d’un club de la Ligne nationale de hockey (LNH) à Québec. 

  • Écoutez l'entrevue du professeur au département de Communication de l'Université d'Ottawa, Luc Dupont, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

En 2015, le Fonds, qui a déjà été actionnaire minoritaire des Nordiques, avait également démontré de l’intérêt à investir dans une nouvelle formation de hockey. À ce moment, la LNH évaluait les candidatures en vue d’une expansion. Québecor avait participé à ce processus, mais en vain.

Depuis, Las Vegas et Seattle ont obtenu des franchises.

Au fil des années, le Fonds de solidarité FTQ a également été copropriétaire d’autres équipes professionnelles installées au Québec, comme le CF Montréal (anciennement l’Impact de Montréal) et les Expos.

Depuis 2009, il est actionnaire minoritaire du Groupe CH, qui détient notamment le Canadien de Montréal, le Centre Bell et Evenko.

« L’un des enjeux pour nous autres, c’est qu’en étant copropriétaire du Groupe CH, il faut respecter les règles de la Ligue nationale en matière de propriétaires de multiples équipes », souligne M. McQuilken.

Selon le magazine Forbes, la franchise la plus dispendieuse de la LNH en 2020 était les Rangers de New York avec une valeur de 1,65 milliard $ US. La moins chère, les Coyotes de l’Arizona, valait 285 millions $ US.

Chez Desjardins, la direction a répondu au Journal ne pas divulguer ses intentions d’investir ou non dans un projet. La coopérative a toutefois indiqué qu’elle prendrait le temps d’analyser la proposition, comme pour tous autres projets présentés, si un groupe cognait à sa porte.

Plus de 700 M$ US

Une nouvelle franchise, qui ne proviendrait pas d’un déménagement, mais d’une expansion, pourrait coûter plus de 700 millions $ US. La facture pour les Golden Knights de Vegas a été de 500 millions $ US et de 650 millions US pour le Kraken de Seattle cette année.

La semaine dernière, le premier ministre François Legault a relancé l’idée de revoir un jour un club de la LNH à Québec. Il a indiqué avoir eu des discussions, ces derniers mois, avec le commissaire de la ligue, Gary Bettman, et vouloir s’impliquer davantage pour le retour d’une franchise.

Le ministre des Finances, Eric Girard, a même été mandaté pour suivre ce dossier et avoir des échanges avec la ligue. Selon M. Legault, M. Girard a eu des discussions avec des investisseurs potentiels. Leur identité n’a toutefois pas été dévoilée.

À voir aussi